rouler


rouler

rouler [ rule ] v. <conjug. : 1>
• 1409; roueller 1180; de rouelle « roue », du lat. rotella, croisé avec rôle, du lat. rotulus
I V. tr.
1Déplacer (un corps arrondi) en le faisant tourner sur lui-même. Rouler un tonneau. Sisyphe condamné à rouler son rocher. Rouler sa bosse.
Par ext. « Roule, roule ton flot indolent, morne Seine » (Verlaine).
2Faire avancer, déplacer (un objet muni de roues, de roulettes). Rouler une brouette, une table. Rouler carrosse.
Par ext. « Des nurses roulaient dans des voitures vernies des bébés en dentelles » (Chardonne).
3 ♦ ROULER DANS... : rouler de manière à recouvrir, à enduire toute la surface de. Rouler des croquettes dans la chapelure. enrober. « une jolie petite fille, toute roulée, à cause du froid, dans un plaid quadrillé » (Nodier). enrouler, envelopper. Loc. fam. Rouler qqn dans la farine, le duper (cf. infra I, 7o).
4(1553; lat. °rotulare) Tourner autour d'un axe; mettre en rouleau. Rouler une mèche de cheveux sur un bigoudi. Rouler une corde. lover. Rouler un tapis. « Ils ont roulé les manches de leurs chemises au-dessus de leurs coudes » (Sartre). Rouler un parapluie, enrouler le tissu autour du manche. — Rouler une cigarette, la fabriquer à la main.
Mettre en boule. Rouler des chaussettes pour les ranger. Rouler le couscous : imprimer des mouvements circulaires à la semoule, du plat de la main.
5Faire tourner sur soi-même, imprimer un mouvement circulaire, rotatoire à (une partie du corps). Rouler les hanches en marchant. Rouler les épaules. Fam. Rouler les mécaniques. « Il grince des dents et roule des yeux féroces d'assassin de film muet » (Sarraute). Se rouler les pouces : se tourner les pouces par oisiveté. Fam. Se les rouler : ne rien faire. « Ils se les roulent toute la journée à l'arrière » (Barbusse). Très fam. Rouler une pelle, un patin à qqn.
6(1636) Fig. et littér. Tourner et retourner (des pensées). méditer. Elle « prit la vie en grand dégoût et roula dans sa charmante tête les projets les plus sinistres » ( Gautier). Rouler de tristes pensées.
7(1834; « battre » 1471) Fam. Duper (qqn), en faire ce qu'on veut. 1. avoir (I, 2 o), posséder. « Tu es encore trop petite pour rouler un vieux de la vieille » (Renard). Spécialt 2. voler. C'est bien trop cher ! vous vous êtes fait rouler.
8(1873) Faire vibrer longuement. « Attentive à prononcer nos r et ne pouvant les prononcer de la gorge, elle les roulait au bout de sa langue » (Cocteau).
9(1680) Agric. Aplatir, passer au rouleau. « On roulait les avoines » (Zola). Rouler un terrain de tennis.
10Arbor. Provoquer la roulure (2o) de (un arbre). « Des arbres roulés par le vent, dont on peut extraire le cœur comme un crayon » (Montherlant).
II ♦ SE ROULER v. pron.
1Se tourner de côté et d'autre dans la position allongée. Se rouler par terre, dans l'herbe. se vautrer. Se rouler de douleur. « Joseph criait, gémissait, se roulait dans les draps » (Aragon). Fig. Une scène drôle à se rouler par terre. se tordre; roulant.
2S'envelopper (dans). s'enrouler. Se rouler dans une couverture.
3Se mettre en boule, en rouleau. Se rouler en boule ( volvation) .
4(Pass.) Pouvoir, devoir être roulé, enroulé. Une tente, un tapis qui se roule.
III V. intr. (XIIe)
1Avancer en tournant sur soi-même, les deux mouvements étant dans le même plan. Balle, pièce qui roule. Faire rouler un cerceau. PROV. Pierre qui roule n'amasse pas mousse. Goutte d'eau, larme qui roule. couler, glisser. Dés qui roulent quand on les lance.
Tomber et tourner sur soi-même par l'élan pris dans la chute. dégringoler. « Les jours d'orage, il faudrait [...] se cramponner aux bords de la couchette étroite pour ne point rouler par terre » (Maupassant). Être soûl à rouler sous la table.
2Avancer au moyen de roues, de roulettes. La voiture roule à 100 à l'heure. Rouler à tombeau ouvert. Sa voiture a dix ans et elle roule encore. marcher. Par ext. (1611) Avancer, voyager dans un véhicule à roues. Roulez à droite ! Nous roulons vers Paris. Rouler en décapotable. Rouler sur l'or.
(1843) Fam. Ça roule ! ça marche, ça va. Loc. fam. Rouler pour qqn : travailler pour qqn, se comporter de manière à soutenir qqn. — Ça roule mal ce soir : la circulation est dense.
3Tourner sur soi-même. Une presse qui roule, qui est en mouvement, marche. Roulez ! se dit lorsqu'on met en marche ce qui tourne (roue de loterie, machine, etc.). Roulez manège ! Rouler des épaules, des hanches en marchant.
4(Navires) S'incliner alternativement d'un bord et de l'autre ( roulis). Bateau qui tangue et roule.
5Errer sans s'arrêter. « les grandes Indes, où il avait roulé pendant vingt années » (Balzac). bourlinguer. « Elle avait roulé de patrons en patrons, docile, travailleuse » (Aragon). traîner.
6(1685) (Argent) Circuler. « N'ai-je pas entendu dire ce soir à ce jeune écervelé que si l'argent était rond, c'était pour rouler ! » (Balzac).
7Se prolonger (en parlant d'un bruit sourd); faire entendre un bruit sourd et prolongé. Le tambour roule ( roulement) . « Le cri roula un instant » (Zola ).
8Fig. ROULER SUR. Vx S'appuyer sur, avoir pour base. 1. reposer. Mod. Avoir pour sujet. 1. porter. « Le plus souvent, l'entretien roulait sur l'affaire » (Duhamel).
⊗ CONTR. Dérouler, 1. étaler.

rouler verbe transitif (de rôle ou ancien français roele, petite roue, du latin rota, roue) Déplacer un objet en le faisant tourner sur lui-même : Rouler un fût. Pousser quelque chose qui est doté de roues ou de roulettes, déplacer ce qui s'y trouve : Rouler un invalide dans son fauteuil. En parlant des eaux, emporter quelque chose d'un mouvement impétueux : Le torrent roule des rochers. Tourner quelque chose sur lui-même : Rouler un tapis. Tourner quelque chose autour de quelque chose d'autre ; enrouler : Rouler du fil sur la bobine. Envelopper quelqu'un, quelque chose dans quelque chose : Rouler un enfant dans une couverture. Imprimer, en marchant, à une partie du corps, une sorte de balancement : Rouler les épaules avec affectation. Soumettre quelque chose à l'action d'un rouleau, en particulier pour l'aplatir, l'uniformiser : Rouler le gazon. Avoir certaines idées présentes à l'esprit, y revenir souvent : Rouler dans sa tête de grands projets d'avenir. Familier. Abuser de la crédulité de quelqu'un, de sa confiance, le tromper : Se faire rouler par un escroc. Former un métal par roulage. ● rouler (expressions) verbe transitif (de rôle ou ancien français roele, petite roue, du latin rota, roue) Machine à rouler, machine utilisée en chaudronnerie pour cintrer la tôle entre des cylindres en acier. Rouler les « r », les prononcer en faisant vibrer la pointe de la langue contre les dents. Rouler les yeux, les porter rapidement de côté et d'autre, sous l'effet de la surprise ou d'une émotion vive. Rouler une cigarette, la confectionner soi-même en pressant le tabac et enroulant autour la feuille de papier. Rouler du couscous, former des grains uniformes et bien séparés les uns des autres en les travaillant du plat de la main. Rouler la toile, serrer la voile sur la vergue. ● rouler (synonymes) verbe transitif (de rôle ou ancien français roele, petite roue, du latin rota, roue) En parlant des eaux, emporter quelque chose d'un mouvement impétueux
Synonymes :
Envelopper quelqu'un, quelque chose dans quelque chose
Synonymes :
Imprimer, en marchant, à une partie du corps, une sorte...
Synonymes :
Familier. Abuser de la crédulité de quelqu'un, de sa confiance, le...
Synonymes :
- avoir (familier)
- posséder (familier)
- refaire (populaire)
rouler verbe intransitif Avancer en tournant sur soi-même : Boule de neige qui grossit en roulant. Tourner sur soi-même, en particulier lors d'une chute : Il a manqué la marche et a roulé dans l'escalier. Avancer, se déplacer en parlant d'un véhicule ou de ses passagers : Ralentissez, vous roulez trop vite. Rouler en moto, à bicyclette. Vieux. Avoir une vie aventureuse, voyager et connaître toutes sortes d'expériences : Rouler de pays en pays. Familier. Travailler pour quelqu'un, quelque chose, pour leur succès : Rouler pour un chef de parti. En parlant de l'argent, circuler, être utilisé : Faire rouler l'argent. Se remplacer, alterner, faire tour à tour un service : Des équipes qui roulent sur 24 heures. Être tourné et retourné dans la tête : Toutes ces idées roulaient dans son esprit. Se faire entendre, résonner en se prolongeant sourdement : Coup de tonnerre qui roule dans la montagne. En parlant d'une conversation, d'une discussion, avoir quelque chose, quelqu'un pour objet : Tout l'entretien a roulé sur les choix à prendre. Mettre en mouvement la presse à imprimer et assurer le passage de l'ensemble des feuilles ou des bobines constituant le tirage. En parlant d'un navire, être affecté de roulis, être pris en travers par la lame. ● rouler (expressions) verbe intransitif Populaire. Ça roule, ça va bien, tout se déroule comme prévu. Familier. Ça roule bien, mal, etc., la circulation des voitures est fluide, dense, etc. Rouler des épaules, des hanches, leur imprimer, en marchant, un mouvement de balancement. Rouler sous la table, être ivre mort, au point de tomber sous la table. ● rouler (synonymes) verbe intransitif Tourner sur soi-même, en particulier lors d'une chute
Synonymes :
- dégringoler
En parlant de l'argent, circuler, être utilisé
Synonymes :
Se faire entendre, résonner en se prolongeant sourdement
Synonymes :
En parlant d'une conversation, d'une discussion, avoir quelque chose, quelqu'un pour...
Synonymes :
- porter sur
- toucher à
- tourner sur
- traiter de
En parlant d'un navire, être affecté de roulis, être pris...
Synonymes :

rouler
v.
rI./r v. tr.
d1./d Pousser (une chose) en la faisant tourner sur elle-même. Rouler un fût.
|| Loc. fig., Fam. Rouler sa bosse: mener une existence vagabonde.
d2./d Déplacer (un objet comportant une, des roues). Rouler une brouette.
Par ext. Rouler un invalide dans son fauteuil.
d3./d Enrouler (qqch), en faire un rouleau ou une boule. Rouler une couverture.
Rouler une cigarette, la fabriquer en roulant du tabac dans une fine feuille de papier.
d4./d Rouler les épaules, les hanches, les balancer en marchant. (N.B. On emploie aussi la construction intr.: rouler des épaules, des hanches.) - Rouler les yeux, les diriger d'un côté à un autre en un mouvement circulaire.
(Louisiane) Rouler un bec: donner un baiser.
d5./d Aplanir au rouleau. Rouler la pâte.
d6./d Fig. Envisager sous tous les angles, examiner en tournant et en retournant dans son esprit. Rouler des projets, des pensées dans sa tête.
d7./d Fam. Duper (qqn). Se faire rouler.
d8./d Rouler les r, les prononcer en faisant vibrer la pointe de la langue contre le palais.
d9./d AGRIC Pratiquer le roulage.
|| (Louisiane) Récolter (la canne à sucre). Rouler les cannes.
Par ext. Faire du sucre.
d10./d BOT Provoquer la roulure.
rII./r v. intr.
d1./d Avancer, se déplacer en tournant sur soi-même, en parlant d'un objet de forme ronde.
Prov. Pierre qui roule n'amasse pas mousse: V. mousse.
d2./d Avancer sur des roues. Train qui roule à grande vitesse.
Par ext. Nous avons roulé toute la nuit.
|| Loc. fig. Rouler sur l'or: être très riche.
d3./d MAR être balancé par le roulis. Navire qui tangue et qui roule.
d4./d Circuler rapidement (argent). Fonds qui roulent.
d5./d Errer sans se fixer. Passer sa vie à rouler.
d6./d Faire entendre un son sourd et prolongé. "Comme un bruit de foule qui tonne et qui roule" (V. Hugo).
d7./d Porter sur tel ou tel sujet, en parlant de la conversation. La discussion roulait sur un problème important.
d8./d (Québec) Venir frayer en bancs près du rivage (en parlant du capelan). Le capelan roule.
d9./d Loc. (Louisiane) cour. Laisser le(s) bon(s) temps rouler: prendre du bon temps, prendre la vie du bon côté.
rIII/r v. Pron.
d1./d Se tourner de côté et d'autre, étant couché. Se rouler dans l'herbe.
Par exag. Se rouler par terre (de rire).
d2./d Se rouler dans (qqch qui couvre le corps), s'en envelopper. Se rouler dans un pagne pour dormir.
d3./d Se mettre en boule. Le hérisson se roule sur lui-même lorsqu'il est effrayé.

⇒ROULER, verbe
I. — Empl. intrans.
A. — 1. Être animé d'un mouvement de rotation qui entraîne une translation.
a) ) [Le suj. désigne gén. un corps arrondi, plus ou moins sphérique ou cylindrique] Avancer, se déplacer en appui sur une surface, en tournant sur soi-même, sous l'effet d'une impulsion, de la pesanteur. Ballon, barrique, bille, boule de neige, cerceau, pelote, roue, tonneau qui roule; dé qui roule; pneu roulant à plat. Les galets, poussés et ramenés par les lames, roulaient avec un fracas assourdissant (VERNE, Île myst., 1874, p. 43).
Proverbe. Pierre qui roule n'amasse pas mousse. V. amasser A 2.
♦ [Avec compl. circ. désignant]
[la surface, le lieu] Rouler le long d'une pente, vers le fond d'un ravin; poulie qui roule sur un câble. Le hameau redevint silencieux. Il n'y avait plus que les feuilles mortes qui roulaient sur le chemin forestier (R. BAZIN, Blé, 1907, p. 377).
[une partie de l'objet] On peut d'abord, à l'aide de fin papier de verre, arrondir quelques arêtes choisies (...). Ce dé roulera sur ses parties plus arrondies (Jeux et sports, 1967, p. 486).
[la cause du mouvement] Pierres qui roulent sous les pas, le pied. Il a fallu marcher le long des précipices par des bords escarpés, où nous sentions à chaque instant la terre et les cailloux roulant sous nos poids (MAINE DE BIRAN, Journal, 1816, p. 202).
Faire rouler qqc. Un vent du diable, hurlant à la mort. Il fit rouler un bidon jusqu'au bas du talus (GUÈVREMONT, Survenant, 1945, p. 30).
En partic.
♦ [Le suj. désigne des gouttes de liquide] Glisser en tournant. Une larme roulait sur sa belle joue, comme une goutte d'eau du Nil sur un pétale de nymphaea (GAUTIER, Rom. momie, 1858, p. 201).[Les] sourcils accordés à l'homme seulement pour que la sueur qui doit rouler de son front ne ruisselle pas jusqu'en ses yeux (VILLIERS DE L'I.-A., Contes cruels, 1883, p. 378).
[Pour indiquer une altération de la voix] D'une voix où roulaient des larmes, stoïque cependant, il lui dit: « Je partirai, Bravida! » (A. DAUDET, Tartarin de T., 1872, p. 44).
♦ [Le suj. désigne une pers.] Tourner sur soi-même en étant allongé. La reine Bérénice, folle de joie, se traîna sur les mains jusqu'au fond, et roula parmi les coussins comme une chatte qui veut jouer (, Aphrodite, 1896, p. 119).
Faire rouler qqc. entre ses doigts. Faire aller et venir en tournant. Noël Chérouvier fit rouler entre son pouce et son index quelques-uns des poils de sa barbe, ce qui produisit un petit bruit crépitant (DUHAMEL, Suzanne, 1941, p. 13).
Laisser, faire rouler sa tête. Tourner la tête d'un côté et de l'autre sur quelque chose. Parfois je pose ma plume, je laisse rouler ma tête contre le dur dossier (MAURIAC, Nœud vip., 1932, p. 165).
) P. anal.
[Le suj. désigne un astre ou, p. méton., le ciel] Décrire un mouvement circulaire en tournant sur soi-même. Pendant des milliers de siècles, le globe terrestre roula dans l'espace à l'état d'immense laboratoire chimique (FLAMMARION, Astron. pop., 1880, p. 98). V. harmonie ex. 2. [Dans une métaph.] Mme de Staël n'avait pas une parole plus svelte, plus rapide, plus splendide, plus variée que Rivarol; mais elle l'avait plus vive encore et plus ardente. En un mot, elle était plus tourbillon. Elle vous entraînait, elle vous forçait à rouler dans son orbite (CHÊNEDOLLÉ, Journal, 1824, p. 127).
[Le suj. désigne un organe] Se déplacer en glissant. Ganglions qui roulent sous le doigt. Ralph était souple et dur; ses muscles roulaient sous les mains de Daniel (SARTRE, Âge de raison, 1945, p. 271). Sa pomme d'Adam se met à rouler dans sa gorge comme une boule de naphtaline dans un vieux gilet de flanelle (PRÉVERT, Paroles, 1946, p. 38). P. ext. [Pour indiquer la contracture des muscles] Se montrant du coin de l'œil les biceps gigantesques qui roulaient sur ses bras, ils se disaient (...): « C'est celui-là qui est fort! (...) » (A. DAUDET, Tartarin de T., 1872, p. 14).
[Le suj. désigne une pers. (courte et ronde)] Avancer rapidement sans paraître lever les pieds. Rouler à pas rapides, comme une boule. Le petit père Vervelle roulait comme une pomme dans son parc, la fille serpentait comme une anguille (BALZAC, P. Grassou, 1840, p. 457). Autour de lui, roulaient sur leurs jambettes douze petits Suisses, bambins joufflus (LA VARENDE, Anne d'Autr., 1938, p. 203).
[Le suj. désigne un élément fluide]
♦ Se déplacer en formant des tourbillons, des masses arrondies. Lames qui roulent sur la grève. Sur les routes blanches que le train coupe ou longe, une poussière crayeuse roule en tourbillons bas et poudre les buissons (COLETTE, Vagab., 1910, p. 261). D'épaisses masses de nuées noires roulaient dans le ciel bleu (ROLLAND, J.-Chr., Nouv. journée, 1912, p. 1450). [P. méton., le suj. désigne la mer] Être agitée par la houle. Il y avait du flot. La mer, roulant sous un vent rude et sur un fond déchirant, était sauvage (HUGO, Quatre-vingt-treize, 1874, p. 48). [Dans une métaph.] La moisson débordant le plateau diapré Roule, ondule et déferle au vent frais qui la berce (HEREDIA, Trophées, 1893, p. 141). [Le suj. désigne un cours d'eau, un liquide qui coule] S'écouler en tourbillonnant, avec plus ou moins d'agitation. Courant, torrent qui roule. Les flots qui roulent à ses pieds sont noirs et chargés d'immondices (JANIN, Âne mort, 1829, p. 50). Le Rhin, fils altier des montagnes, S'élance, à gros bouillons, de leurs flancs tortueux: Une fertile écume inonde les campagnes: Il roule à flots majestueux (CHÊNEDOLLÉ, Journal, 1833, p. 183).
) [Le suj. désigne gén. un animé; l'idée de chute prédomine] Tomber en roulant plus ou moins sur soi-même dans l'élan de la chute. Rouler à terre, par terre, sur le sol, dans la poussière, au bas de/dans l'escalier, dans un précipice, sous les pieds d'un cheval, à la renverse; envoyer rouler son adversaire. Je fus debout si vite, que ma chaise roula derrière moi (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Rois, 1887, p. 300). Il courait vers les fusils, entouré de bourdonnements pointus, invulnérables. Il roula, les deux jambes coupées (MALRAUX, Espoir, 1937, p. 488).
Boire, être ivre à rouler (sous la table, etc.). Ce vieux bandit de Négouko (...) se gavant d'eau-de-vie jusqu'à rouler sous sa chaise (A. DAUDET, Port-Tarascon, 1890, p. 202). Deux heures après, le jour étant tombé, toute cette compagnie était ivre à rouler (DRUON, Loi mâles, 1957, p. 160).
CHASSE. ,,S'il a été bien tiré, l'animal culbute cul par dessus tête. On dit qu'il a roulé ou qu'on l'a fait rouler`` (DUCHARTRE 1973).
Au fig.
♦ Tomber dans un état de déchéance, dans une situation dégradante, méprisable. Rouler très bas; rouler dans la galanterie. Le pire danger était qu'(...)il ne succombât désormais à la tentation de vendre une à une les autres parts, sur la pente de gaspillages et de sottises où il roulait (ZOLA, Fécondité, 1899, p. 574). Comment moi si fière ai-je pu rouler dans l'abîme de débauche adultère et de sensualité perverse et m'y complaire si longtemps? (JOUVE, Paulina, 1925, p. 185).
Loc. Rouler/se laisser rouler dans la boue, la fange, le ruisseau. Si elle ne pouvait pas l'en retirer, elle se laisserait rouler avec lui dans la dernière fange pour l'avoir encore dans ses bras jusqu'à l'heure de mourir (LOTI, Mon frère Yves, 1883, p. 230). Sa mère jolie encore et vaillante, lâchée par son père, puis reprise après s'être mariée à un autre, vivant entre les deux hommes qui la mangeaient, roulant avec eux au ruisseau, dans le vin, dans l'ordure (ZOLA, Germinal, 1885, p. 1171).
♦ Se laisser aller complètement à un certain sentiment, un certain état; être entraîné dans une certaine situation. Je ne sais pas cependant si je ne préférais pas encore ces heures de moquerie à d'autres où il roulait dans un silence de torpeur (BOURGET, Physiol. amour mod., 1890, p. 175). Avoir vingt ans, être roi, ah! quelle misère! Ne pas connaître l'impossible, rouler à l'ennui sans borne de la toute puissance, lorsqu'on voudrait lutter, et se passionner, et vivre! (ZOLA, Violaine, 1902, II, 4, p. 566).
b) P. méton.
) [Le suj. désigne un objet muni de roues, un véhicule] Se déplacer, circuler. Auto qui roule vite, à sa vitesse de croisière. Le cabriolet a tourné à gauche. Il roule dans l'avenue, sur une herbe épaisse, au seul bruit des ressorts (CHÂTEAUBRIANT, Lourdines, 1911, p. 114). Depuis que le vent souffle de l'est, on entend des trains rouler toute la journée dans la forêt de Spincourt (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1938, p. 6).
Faire rouler. V. hareng ex.
En partic. [En parlant d'un trottoir, d'un tapis roulant] Faire avancer grâce à des rouleaux qui tournent. J'ai passé (...) avec la Commission de l'Exposition, un contrat m'autorisant à faire rouler mon trottoir du Champ-de-Mars aux Invalides en passant par l'avenue de la Motte-Piquet (COURTELINE, Article 330, 1900, p. 272).
P. anal. Avancer rapidement, régulièrement, comme sur des roues. Les chevaux avaient voulu lutter avec leur compagne, et peu à peu, malgré les cavaliers, la horde avait accéléré l'allure. Elle roulait aux trousses d'Alban, par la plaine aromatique et chaude, dans le claquement des fers, le grondement des sabots (MONTHERL., Bestiaires, 1926, p. 501). V. roulette A 1 a ex. de Barbusse.
) [Le suj. désigne une pers., parfois une chose] Se déplacer, être transporté dans un véhicule. Rouler à cent à l'heure, à fond (de train). En dépit de son aversion pour les chemins de fer (...), le vieux gentilhomme aurait voulu être au fond d'un wagon et rouler vers Paris (THEURIET, Mariage Gérard, 1875, p. 186). Une heure après nous roulions au trot un peu sec du cheval du voiturier (LORRAIN, Sens. et souv., 1895, p. 55). Les femmes au battoir, les gros paquets de linge bien gonflés roulant dans les brouettes (PÉGUY, V.-M., comte Hugo, 1910, p. 668).
Rouler à tombeau ouvert. Rouler très vite, au risque d'un grave accident. Je roulais à tombeau ouvert par des petits chemins pour éviter l'encombrement des grandes routes (CENDRARS, Lotiss. ciel, 1949, p. 73).
[P. méton.] Vu des pavés dans une carrière de la forêt, ces grès de la forêt de Fontainebleau, sur lesquels roulent le luxe et les plaisirs de la capitale (GONCOURT, Journal, 1865, p. 210).
♦ [Avec compl. prép. désignant le type de véhicule] Rouler sur une bicyclette; rouler à bicyclette, en fiacre, en voiture. Elle en valait bien d'autres, qu'on voit rouler en carrosse avec de grands flandrins derrière (ERCKM.-CHATR., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 43). Les plus surprenantes intrigues enrichissaient en huit jours de petits aventuriers à peine démobilisés dont les femmes roulaient bientôt dans des Mercédès et des Rolls (NIZAN, Conspir., 1938, p. 70).
♦ [Avec subst. ou adj., ou n. propre à valeur adv.] Rouler carrosse; rouler moto. Les routes sont impossibles le dimanche, dit Mme Plessis. À présent que tout le monde roule voiture! (NIZAN, Conspir., 1938, p. 149). Rouler Bleu, c'est rouler Saviem car, depuis l'origine, tous les camions Saviem, de 3,5 à 38 T, sont livrés en Bleu (L'Express, 28 févr. 1977, p. 22, col. 1).
Au fig., fam.
Rouler sur l'or. V. or I C 1. Donne-moi seulement vingt-quatre heures de députation, et je vous fais tous rouler sur l'or, les diamants et les topazes! (REYBAUD, J. Paturot, 1842, p. 400).
Rouler pour qqn. [P. allus. au slogan utilisé par les routiers: Je roule pour vous] Agir en faveur de, travailler pour quelqu'un, pour servir ses intérêts. Debré lui-même (...) s'est toujours défendu à bon droit de « rouler pour Giscard » (Le Point, 2 mars 1981, p. 49, col. 2).
2. [L'idée de rotation prédomine] Être animé d'un mouvement de rotation ou, par extension, d'un mouvement d'oscillation, de balancement.
a) Tourner sur soi-même, autour d'un axe. Du côté du bois R à travailler, est l'outil S qui n'est autre qu'une scie circulaire qui est mue par une poulie P. La scie S roule avec une grande vitesse et avance lentement (NOSBAN, Manuel menuisier, t. 2, 1857, p. 234).
P. méton.
♦ [Le suj. désigne une machine comportant des rouleaux, en partic. une presse] Être en marche; imprimer. Pour la première fois depuis la retraite du vieux Séchard, on vit alors deux presses roulant dans ce vieil atelier (BALZAC, Illus. perdues, 1843, p. 563). Le journaliste nous mène un soir à l'imprimerie (...). La machine roule, avale les feuilles, et les vomit, les courroies ronflent (VALLÈS, J. Vingtras, Enf., 1879, p. 358).
Faire rouler qqc. Le cours perpétuel des fleuves entretient notre commerce et fait rouler nos machines (PROUDHON, Propriété, 1840, p. 226).
♦ [Le suj. désigne une pers.] Faire marcher une presse. Rouler dur, c'est travailler fort (MOMORO, Impr., 1793, p. 298). Nous pouvons rouler [pour la publication de l'Otage]. La réponse de mon ami Berthelot lève mes inquiétudes (CLAUDEL, Corresp. [avec Gide], 1911, p. 167).
♦ [Le suj. désigne les caractères d'impr.] Être utilisé. Si l'on a employé du caractère qui ne soit pas rigoureusement neuf, du caractère ayant roulé... (VALOTAIRE, Typogr., 1930, p. 38).
En partic. Se mouvoir autour d'un axe, pivoter. L'un après l'autre, les contrevents roulaient sur leurs gonds (ESTAUNIÉ, Vie secrète, 1908, p. 56).
b) [Le suj. désigne un navire] S'incliner alternativement d'un bord et de l'autre sous l'effet de la houle, du vent. Rouler bord sur bord, panne sur panne, terriblement. L'Étoile-des-Mers peu à peu s'était mis en travers de la houle et roulait assez durement (PEISSON, Parti Liverpool, 1932, p. 189). [P. méton.; le suj. désigne les pers. embarquées] Le pauvre gamin durant des mois allait donc rouler sur les flots! (FLAUB., Cœur simple, 1877, p. 34).
P. anal.
♦ [Le suj. désigne un véhicule] Être animé d'un balancement latéral. Voiture, wagon qui roule. Un aviateur, s'il se sent dévié en direction ou si l'avion « roule », (consulte l'horizon artificiel ou le conservateur de cap...) (RUYER, Cybern., 1954, p. 87).
♦ [Le suj. désigne une pers. (ivre), le corps] C'est encore le clubman (...) qui débarque dans la loge (...) le chapeau en arrière et roulant un peu pour avoir bu à dîner une bouteille de Léoville en trop (BOURGET, Physiol. amour mod., 1890, p. 238). Nous continuons de marcher... Bien que son corps tangue et roule, comme un vieux bateau sur une forte mer, Mlle Rose semble, maintenant, respirer avec plus de facilité (MIRBEAU, Journal femme ch., 1900, p. 59).
c) [Le suj. désigne une pers., certaines parties du corps, certains organes] Avoir un mouvement plus ou moins circulaire; aller de côté et d'autre, se balancer, balloter. Il se remit à la besogne, roulant sur ses hanches, abattant l'andain à chaque coup de faux (ZOLA, Terre, 1887, p. 243). L'autre crispe un maigre visage bilieux et torturé de tics, où roulent deux yeux jaunes (VERCEL, Cap. Conan, 1934, p. 26). Ses yeux sont vitreux, je vois rouler, dans sa bouche, une masse sombre et rose (SARTRE, Nausée, 1938, p. 149).
Faire rouler qqc. Il est couvert de sang. Il fait rouler son épaule; ça va, juste la peau écorchée (GIONO, Gd troupeau, 1931, p. 253).
♦ [Le suj. désigne un cavalier] Ne pas être stable sur sa selle. Fabrice se sentait tout à fait enivré (...) il roulait un peu sur sa selle (STENDHAL, Chartreuse, 1839, p. 45).
3. [Sans idée de rotation; avec l'idée d'un mouvement continu, sans à-coups]
a) [Le suj. désigne une chose]
Rare. Circuler, passer de mains en mains. Après avoir roulé du Café de la Paix chez tous les fonctionnaires, le Constitutionnel, principal organe du libéralisme, revenait à Rigou le septième jour, car l'abonnement (...) était supporté par vingt personnes (BALZAC, Paysans, 1844, p. 151).
Au fig. Être colporté. Je me doutais bien de l'exagération des rapports sur Issoudun qui nous étaient parvenus. Il en est ainsi de toutes les nouvelles, véritables cancans politiques, qui grossissent en roulant par le monde (SAND, Corresp., t. 1, 1830, p. 110).
Cour. [Le suj. désigne de l'argent] Circuler, être employé sans cesse. Anton. dormir. N'ai-je pas entendu dire ce soir à ce jeune écervelé que si l'argent était rond c'était pour rouler! S'il est rond pour les gens prodigues, il est plat pour les gens économes qui l'empilent (BALZAC, Mais. chat, 1830, p. 43). Les diverses pièces d'or n'étaient pas habituellement utilisées dans les mêmes zones du monde. La livre sterling roulait partout (PERROUX, Écon. XXe s., 1964, p. 133).
b) [Le suj. désigne une pers.] Aller d'un lieu à l'autre, errer sans but; voyager continuellement et, p. ext., connaître de nombreuses expériences. Rouler de café en café; rouler à travers le monde, dans les provinces. Les gens qui ont beaucoup roulé dans la vie et dans des positions subalternes sont effacés et comme usés d'aspect et de manières (GONCOURT, Journal, 1960, p. 855). V. désert ex. 15:
1. Ses études achevées, déprisées, reconnues presque vaines (...), il [Descartes] roule çà et là par l'Europe, se lavant l'esprit dans les voyages, dans les mouvements d'une guerre de ce temps-là...
VALÉRY, Variété II, 1929, p. 15.
En partic. Changer sans cesse de lieu de travail, d'employeur. Ivrogne incapable d'une besogne suivie, il avait ainsi roulé d'atelier en atelier (...) se faisant chasser de partout, s'en allant lui-même en des coups de tête imbéciles (ZOLA, Travail, t. 2, 1901, p. 248).
Proverbe. Pierre qui roule n'amasse pas mousse. V. supra I A 1 a .
Au fig. [Le suj. désigne une femme] Changer sans cesse de partenaire amoureux. Rouler d'amant en amant. Mais, c'est qu'elle m'irait comme un gant, cette jolie femme-là; c'est fin, c'est distingué, c'est jeune, ça n'a pas roulé (BOURGET, Physiol. amour mod., 1890, p. 151). Les autres femmes qu'il a connues avaient « beaucoup roulé », comme on dit, mais de ce passé pesant, leur amour pour Marcel les avait délivrées (MAURIAC, Ce qui était perdu, 1930, p. 55).
c) [Le suj. désigne une période de la vie] Se passer dans tel(s) lieu(x). Cette période de ma vie (1815-1825) (...) a roulé dans un rayon étroit, entre le Marais et le Jardin des Plantes, Bicêtre, Vincennes, le Père-Lachaise (MICHELET, Journal, 1834, p. 120). Cette pauvre masure de bois (...) où avait roulé son enfance (HUGO, Homme qui rit, t. 3, 1869, p. 196).
B. — [P. réf. au bruit produit par ce qui roule]
1. [Le suj. désigne un son sourd, continu, caractérisé par des vibrations, des oscillations] Se faire entendre, se prolonger dans l'espace. Clameur, cri, grondement, canonnade, bombardement, rire qui roule; rouler d'écho en écho, de salle en salle. La foule, à ce mot de justice, secouée d'un long frisson, éclata en applaudissements, qui roulaient avec un bruit de feuilles sèches (ZOLA, Germinal, 1885, p. 1378). Soudain, sur la route, un bourdonnement s'éveilla, grossit, roula vers nous, et les murs se mirent à trembler... Les camions (DORGELÈS, Croix de bois, 1919, p. 21).
Faire rouler qqc. [Dans une métaph.] Les fleurs et les fruits et le cristal répandus sur les nappes, les peaux nacrées (...) et les harmonies aériennes, tout joue ensemble et se répond, fait rouler des accords et des gammes qui montent sans cesse et redescendent d'un bout à l'autre du clavier (FAURE, Hist. art, 1914, p. 454).
♦ [Le suj. désigne le tonnerre (p. méton. l'orage)] Orage qui roule au loin. Chaque fois les éclairs étaient plus vifs; le tonnerre roulait mieux (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1932, p. 166). Le tonnerre s'est remis en train. Il met tout son magasin de tôles à feu et à sang. Ça roule comme un express (GIONO, Gds chemins, 1951, p. 242).
♦ [Le suj. désigne des sons émis par une pers., un animal] Vibrer. Tartarin de Tarascon (...), la narine frémissante, disait par trois fois d'une voix formidable, qui roulait comme un coup de tonnerre dans les entrailles du piano: « Non!... non!... non!... » (A. DAUDET, Tartarin de T., 1872, p. 11). Ce ballet des chats dure depuis ce matin, sous mes fenêtres. Aucun cri, sauf le « rrr... » dur et harmonieux qui roule par moments dans la gorge des matous (COLETTE, Mais. Cl., 1922, p. 247).
En partic. R qui roule. R prononcé en faisant battre la langue. Les r, dans sa bouche, roulaient comme des chariots (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Marroca, 1882, p. 788). [P. méton.] Elle appela: — Aurore! Sa voix roula comme un cri de pigeon (GIONO, Que ma joie demeure, 1935, p. 454).
2. [Le suj. désigne une chose] Produire un tel son. Entendre le canon rouler. Chaque bataillon se mit à défiler l'un après l'autre dans la nuit, (...) on entendit les pas rouler sur les deux ponts (ERCKM.-CHATR., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 26). Une grosse pluie mêlée de grêle (...) fouettait les carreaux et roulait sur les toits comme un bruit de torrent (CARCO, Vérotchka, 1923, p. 89).
[Le suj. désigne le tambour (frappé à coups de baguettes rapides et réguliers)] Dehors, les tambours roulaient continûment, et on entendait, au-dessus de leur trame sombre et lourde, ce bruit qui chavire une jeune âme impériale: les sabots des chevaux sur le pavé des villes (MONTHERL., Bestiaires, 1926, p. 478).
C. — P. métaph. ou au fig. (supra I A 1 a et b )
1. [Idée de mouvement circulaire]
a) [Le suj. désigne des pensées, ou leur expression] Rouler dans la tête, dans l'esprit de qqn; lui rouler dans la tête. Être présent à l'esprit d'une manière obsédante et parfois confuse. L'air du Comte Ory me roule sans cesse dans la tête. Je l'ai entendu l'autre jour au piano; maintenant je ne puis m'en distraire (DELACROIX, Journal, 1854, p. 301). Ses idées roulaient dans sa tête, informes, en un désordre où sonnaient encore les phrases juridiques du conseiller (CHÂTEAUBRIANT, Lourdines, 1911, p. 107).
Rouler dans le/un cercle + déterm. Ne pas sortir de certains sujets. La conversation, qui jusqu'alors avait roulé dans le cercle vicieux des courses et des chevaux (...) menaçait de devenir intime (BALZAC, Cous. Bette, 1846, p. 372).
[P. méton.] La conséquence (...) serait de se tuer. Mais Oberman (...) ne se tue pas non plus; il continue de rouler indéfiniment dans le même cercle aride et désenchanté (SAINTE-BEUVE, Chateaubr., t. 1, 1860, p. 342). Parlant du cercle étroit où roulent toutes ces cervelles du Jockey, « les vins, les danseuses d'Opéra et les chevaux » (GONCOURT, Journal, 1861, p. 900).
b) Rouler sur (ce qui représente un centre, un pivot)
) Rouler sur qqc. Avoir quelque chose pour base, reposer sur quelque chose. Ils n'étaient pas revenus de leur voyage de noces (...) que leur existence roulait déjà sur cette convention de silence qui fait la base des ménages posés à faux (BOURGET, Cosmopolis, 1893, p. 280):
2. ... nous allons examiner cette question du paiement de Defraisse, et, si je n'avais pas retrouvé mon papier, tout aurait roulé sur onze mille que j'aurais en poche, quand c'est six mille! Comme si c'était la même chose, de débourser cinq mille francs quand on en a onze mille, ou quand on en a six!
MONTHERL., Célibataires, 1934, p. 793.
[Le suj. désigne des idées, une conversation, une étude] Avoir pour thème, pour centre d'intérêt. Sur quoi roule ce sixième livre de l'épopée nationale [l'Éneide]? Sur la religion, sur Dieu, sur la vie future (P. LEROUX, Humanité, 1840, p. 304). La conversation roulait maintenant sur l'Antigone d'Anouilh (VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p. 111).
[P. méton.] Grandville a roulé pendant une grande partie de son existence sur l'idée générale de l'Analogie (BAUDEL., Curios. esthét., 1857, p. 197).
) Rouler sur qqn. Dépendre de quelqu'un, reposer entièrement sur quelqu'un. L'Almanach des Bergers devait être bien fini avant le premier janvier; mais Cérizet, sur qui roulait toute la composition, y mettait une lenteur (...) désespérante (BALZAC, Illus. perdues, 1843, p. 558). Joubert, avec sa division, a été comme le centre et le noyau de Rivoli, (...) il a porté le premier poids de l'affaire, (...) elle a roulé longtemps sur lui (SAINTE-BEUVE, Caus. lundi, t. 15, 1861, p. 170).
c) Assurer un service à tour de rôle. (Dict. XIXe et XXe s.).
2. [Idée de mouvement continu]
a) Se suivre, s'enchaîner, continuer sans arrêt, sans temps mort.
[Le suj. désigne des actes, des événements] — Ce pauvre Léon! disait Charles, comment va-t-il vivre à Paris! (...) — Allons donc! dit le pharmacien (...) les parties fines chez le traiteur, les bals masqués! le champagne! tout cela va rouler, je vous assure. — Je ne crois pas qu'il se dérange, objecta Bovary (FLAUB., Mme Bovary, t. 1, 1857, p. 139).
[Le suj. désigne une intrigue] Le Chœur: Et voilà. Maintenant le ressort est bandé. Cela n'a plus qu'à se dérouler tout seul. C'est cela qui est commode dans la tragédie, on donne le petit coup de pouce pour que cela démarre (...). Après, on n'a plus qu'à laisser faire. On est tranquille. Cela roule tout seul (ANOUILH, Antig., 1946, p. 165).
[Le suj. désigne des paroles, un discours] Par exemple, une fois deux rimes désembourbées, ma chanson roule toute seule jusqu'au bout de son chemin (FABRE, Barnabé, 1875, p. 97). Monsieur le curé est dans ses bons jours. Ça marche. Il parle bien, possède tous ses moyens et les mots huilés roulent, sans accrocs (RENARD, Lanterne sourde, 1893, p. 270).
Rouler de qqc. en qqc. La conversation, partie sur le chapitre femmes, roula d'anecdotes en souvenirs et de souvenirs en vanteries jusqu'aux confidences indiscrètes (MAUPASS., Fort comme la mort, 1889, p. 109).
b) Arg. Parler beaucoup (de quelque chose); parler (en telle langue). Le seul [des deux Algériens] qui roulait en rital ne lui avait encore [à l'Italien] rien expliqué (LE BRETON, Rififi, 1953, p. 88). Le vieux La Glisse (...) passait des heures (...) à lui tenir la jactance, à rouler sur des trucs qui n'intéressaient qu'eux (SIMONIN, Touchez pas au grisbi, 1953, p. 178).
c) Fam. [Le suj. désigne des affaires, des entreprises hum.] Aller bien, réussir. Synon. marcher, aller comme sur des roulettes (v. roulette). Il m'a dit (...) qu'il avait vu dans l'écurie deux animaux, d'où je conclus que le métier roule. Tant mieux, mes chers enfants (FLAUB., Mme Bovary, t. 2, 1857, p. 8).
[Avec compl. prép.] Aller, être mené (de telle façon). La considération qui s'attache à un client dont la maison roule sur un joli train de dépense (REYBAUD, J. Paturot, 1842, p. 160).
Ça roule, tout roule (sur des billes, dans l'huile). Synon. ça marche, ça baigne. En douce je manœuvre; ça roule; je possède ma majorité au Conseil; le vieux saute (ARNOUX, Paris, 1939, p. 41). Tiens, mais c'est Maillard! Sacré Maillard! Ça roule toujours? (AYMÉ, Tête autres, 1952, p. 228).
II. — Empl. trans.
A. — [Corresp. à supra I A, le compl. d'obj. peut corresp. au suj. de l'empl. intrans., le verbe a alors une valeur factitive]
1. Faire avancer par un mouvement de rotation.
a) ) Déplacer quelque chose en le faisant tourner sur lui-même, lancer, pousser quelque chose pour qu'il roule. Rouler un tonneau. Le souffle des vents roule les débris des roses « sur les gazons qui en sont un moment embellis » (CHÊNEDOLLÉ, Journal, 1811, p. 63).
[P. réf. au mythe de Sisyphe] La conscience tenace de son génie lui laissait un espoir indestructible, même pendant les plus longues crises d'abattement. Il souffrait comme un damné roulant l'éternelle roche qui retombait et l'écrasait; mais l'avenir lui restait, la certitude de la soulever de ses deux poings, un jour, et de la lancer dans les étoiles (ZOLA, L'Œuvre, 1886, p. 256).
Rouler les dés. Lancer les dés. Parfois, les cornets de passe-dix roulaient des dés sur des enjeux capables d'affamer des provinces (VILLIERS DE L'I.-A., Contes cruels, 1883, p. 260). Absol. Jouer aux dés. La partie [aux dés] était chaude, les hommes roulaient à dix sacs, départ! (Pt Simonin ill., 1957, p. 255). [P. méton.] Jouer (à tel jeu de dés). Suzanne et Marco qui [dans le bar] roulaient un 421 (SIMONIN, Touchez pas au grisbi, 1953, p. 48).
En partic.
Littér. Rouler des larmes. Pleurer. J'ai le pressentiment de quelque malheur pour toi dans cette maison, dit la mère d'une voix altérée et en roulant des larmes (BALZAC, Béatrix, 1839, p. 63). Levant au plafond ses beaux yeux qui roulaient une larme (FLAUB., Mme Bovary, t. 2, 1857, p. 77).
Rouler qqc. entre ses doigts; doigts qui roulent qqc. Faire aller et venir en tournant entre les doigts; p. ext., faire passer dans un mouvement circulaire. Leurs doigts roulaient de gros chapelets, ils récitaient des litanies (VOGÜÉ, Morts, 1899, p. 392). Mrs Édith passait dans la Cour du Téméraire, (...) roulant entre ses jolis doigts fuselés une rose éclatante (G. LEROUX, Parfum, 1908, p. 79). V. ambre2 ex. 4.
Rouler qqc. dans sa bouche, sur sa langue. Faire aller et venir. Rouler la nourriture dans sa bouche. Quand on lui apporta le verre pour goûter le moût, il ne fit que le sentir (...). Autrefois (...), il en prenait une lampée, la roulait longuement sur sa langue, et se plaisait à en prédire la qualité (PESQUIDOUX, Livre raison, 1928, p. 103). P. métaph. Puissant, oui, c'était le mot que sans cesse, je roulais sur ma langue, je rêvais du pouvoir absolu (CAMUS, Exil et Roy., 1957, p. 1579).
♦ [Le suj. désigne de l'eau en mouvement] Entraîner quelque chose en faisant tourner, tournoyer. Blocs de roches roulés par des torrents. Le retrait de la vague énorme qui m'avait vomi sur le sable roulait le sable avec moi (VALÉRY, Variété III, 1936, p. 240). [Dans une métaph.] Alors commença une existence trouble qui le roula au hasard, dans un flot d'aventures à la fois étranges et vulgaires (ZOLA, J. Damour, 1884, p. 332). V. coulage ex. 2.
♦ [Le suj. désigne une pers., le compl. d'obj. désigne une partie de la pers.]
[Équivaut à se rouler] Les quatre chiens de Sabine y bâillaient au soleil [sur une prairie], attendant peut-être qu'elle y vînt rouler avec eux l'impudence de son corps fantasque (TOULET, J. fille verte, 1918, p. 126).
Rouler sa tête. La faire rouler. Un instant, il dut avoir le désir brutal de la prendre, de rouler sa tête entre les deux seins qu'elle étalait (ZOLA, Germinal, 1885, p. 1304). Empl. pronom. réfl. indir. La tante Olympe dénouait sa chevelure, s'agenouillait devant le canapé, s'y roulait la tête jusqu'à devenir chauve (COCTEAU, Crit. indir., 1932, p. 6).
Loc. fig., fam. Rouler sa bosse. Voyager beaucoup; p. méton., connaître de nombreuses expériences. Quand je pense d'où nous sommes partis, tous les métiers à travers lesquels on a roulé sa bosse (A. DAUDET, Nabab, 1877, p. 110). Douze ans j'ai roulé ma bosse et risqué ma peau là-bas, dans des pays que je ne puis oublier (MILLE, Barnavaux, 1908, p. 296). Var. Rouler sa misère, sa déchéance. Et partout, à présent, le Pança sur le monde A si soigneusement roulé sa panse ronde Qu'à présent, partout, tout est plat! (ROSTAND, Musardises, 1890, p. 287). Il avait quitté la robe, roulé par les chemins la tare du religieux défroqué (ZOLA, Vérité, 1902, p. 258).
Rare, vulg. Rouler ses fesses. Connaître de nombreuses aventures amoureuses. Soudain une expression vulgaire, amère, comme un mégot craché: « Ah! dit-elle, les hommes, vous ne savez pas ce que c'est que d'avoir roulé ses fesses... » (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 311).
) P. anal.
[Le compl. d'obj. désigne un astre] V. ambassadeur ex. 16.
[Le compl. d'obj. désigne un élément fluide (nuages, vagues)] Un vent impétueux sorti du couchant, roule les nuages sur les nuages (CHATEAUBR., Œuvres compl., t. 16, Atala, Paris, Ladvocat, 1826 [1805], p. 68).
♦ [Le suj. désigne la mer, un cours d'eau, etc., le compl. d'obj. un composant de celui-ci] Qu'elle est sinistre, la mer qui roule dans ce golfe ses lames vertes et brouillées! (BOURGET, Ét. angl., 1888, p. 170). [Dans une métaph.] La campagne silencieuse Roulait ses vagues de blé mûr (LORRAIN, Modern., 1885, p. 75).
Rouler ses eaux, ses flots , des eaux + déterm. S'écouler, écouler. Le Vésuve était en pleine éruption. Pendant le jour, la lave roulait ses flots noirs du côté de l'Annonziata et de Pompéie (QUINET, All. et Ital., 1836, p. 198). Certaines nuits d'été la Seine roule à Paris pour moitié des eaux d'égouts (BELORGEY, Gouvern. et admin. Fr., 1967, p. 384). [Dans une métaph.] Sa colère creva, roula son flot comme à la brèche d'une digue rompue (GENEVOIX, Raboliot, 1925, p. 154).
♦ [Le suj. désigne un contenant] Charrier. Ses veines, à cette seule idée, lui paraissaient rouler une liqueur enivrante et brûlante (BOURGET, Crime am., 1886, p. 91).
[Le suj. désigne une pers. petite et ronde; le compl. d'obj. désigne le corps] Madame de Chalais (...) arrive en roulant vers nous son petit corps gras (GYP, Souv. pte fille, 1928, p. 171).
) [Le compl. d'obj. désigne un animé] Faire tomber quelqu'un, jeter quelqu'un à terre et le faire tourner sur lui-même. Le désolé catholique avait eu souvent de ces pensées qui le roulaient par terre, rugissant, épileptique (BLOY, Désesp., 1886, p. 75). Je n'avais pas fait cent mètres vers la crête, que j'ai été roulé par un obus qui a éclaté tout près (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1938, p. 17). [Dans une lutte] Deux hommes noirs s'étaient acharnés après Jean. — Lui était plus fort qu'eux; il les roulait et les chavirait avec rage (LOTI, Spahi, 1881, p. 358).
P. ext., vieilli. Battre, rosser. Le blessé remua (...). Alors s'éparpilla comme un concert où des voix de colère se mêlaient à des voix compatissantes (...) « (...) Tâche de parler, de nous dire qui t'a roulé ainsi? » (L. HENNIQUE, Soir. Médan, Affaire Gd 7, 1880, p. 237).
Au fig., vieilli. L'emporter sur quelqu'un. Paul [Vallagnosc] (...) était un fort en thème, toujours premier (...) tandis qu'Octave [Mouret] pourrissait parmi les cancres (...). — Voyons, demanda Mouret, que deviens-tu? (...) Et qu'est-ce que tu gagnes? (...) — Trois mille francs. — Mais c'est une pitié! (...) Comment! un garçon si fort, qui nous roulait tous! (ZOLA, Bonh. dames, 1883, p. 449).
CHASSE. Tuer net un animal qui alors culbute. Un lièvre (...) court vite. Mais si votre chien garde bien la voie, qu'est-ce que ça peut vous fiche? Vous fumez tranquillement votre pipe à l'endroit précis où vous n'aurez qu'à serrer la détente, le moment venu, pour rouler votre bête (BERNANOS, Crime, 1935, p. 846).
Au fig. Rouler dans la boue. Faire tomber dans un état de déchéance. Un beau soir, la faim la roula dans la boue des priapées; elle s'y étendit de tout son long (HUYSMANS, Marthe, 1876, p. 28).
Loc. Rouler la pente. Tomber dans un état de déchéance. Abjection congénitale du cœur qui s'obstine à être comme perdu parmi les choses. À chaque instant, de mon plein gré, rouler la pente qui conduit à être n'importe quoi (J. BOUSQUET, Trad. du sil., 1936, p. 111).
) Rouler qqn/qqc. dans qqc. (pour obtenir un certain résultat).
CUIS. Tourner et retourner, faire rouler un aliment dans une substance poudreuse pour l'en recouvrir complètement. Rouler des croquettes, des sardines dans la farine. Table chargée de cerfs, de sangliers, de grues, d'oies sauvages et de paons roulés dans le poivre (A. FRANCE, Contes Tournebroche, Gab Olivier, 1908, p. 4). Pané: roulé dans de la chapelure (ou râpure de pain) ou dans toutes autres substances réduites en poudre (Gdes heures cuis. fr., Éluard-Valette, 1964, p. 245).
Au fig.
Rouler qqn dans la farine (de qqc.). Essayer de tromper quelqu'un (de telle façon), de le mener à sa guise, user de finesse. Cependant qu'il me roulait dans la farine grise de ses protestations et de ses mensonges, je l'imaginais dans le rôle de Tartufe (L. DAUDET, Temps Judas, 1920, p. 127). Var. Si j'avais seulement cent mille francs nets pour me présenter à la députation dans mon beau pays de Rouen, pour rouler dans la pâte de leur grosse malice mes braves Normands, finauds et lourdauds, quel homme d'État je ferais (MAUPASS., Bel-Ami, 1885, p. 293). Robert d'Artois (...) eut vite fait de rouler comme poisson en pâte ce compétiteur possible (DRUON, Lis et lion, 1960, p. 90).
Absol., fam. Rouler qqn. Tromper, voler. Synon. fam. avoir, posséder, berner. Je déteste qu'on me roule; mais ce que je dois, je le paie (MAURIAC, Nœud vip., 1932, p. 99). On chuchotait qu'il y avait eu une femme dans sa vie, une femme qui l'avait roulé, grugé, trahi, une créature de police qui l'avait donné et fait épingler (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 69). V. enfariner A 3 ex. de Druon. [Avec compl. prép. indiquant le domaine d'action, la nature du profit] Il paraît que Crès a aussi essayé de la rouler un peu quant aux droits d'auteur (LÉAUTAUD, Journal littér., 3, 1915, p. 213). Le fermier qui nous avait sous-loué ces deux hectares n'avait pas le droit de le faire sans le consentement du propriétaire. Lequel n'était pas au courant des tractations (...). Nous voilà donc roulés de deux hectares (DEBATISSE, Révol. silenc., 1963, p. 57).
Se faire, se laisser rouler (par qqn). [Le Nabab] se serait quand même montré d'une rude bonhomie (...), seulement, il aurait conservé des reins solides, et ne se serait pas laissé « rouler » comme un petit garçon (ZOLA, Romanc. natur., A. Daudet, 1881, p. 260). Si tu ne m'avais pas eue, tu te serais fait rouler par tout le monde (QUENEAU, Pierrot, 1942, p. 33).
Rouler qqn dans la boue, la fange. Couvrir d'opprobre, calomnier. Après avoir pris le ministre en flagrant délit de mauvaise foi, il le renversa (...) et le roula dans la fange (BALZAC, Z. Marcas, 1840, p. 420). Les deux colonels ennemis lavaient tranquillement leur linge sale, vidaient une ancienne rancune, on ne sait quelle affaire de femme, (...) l'abbé Bredouille, directeur de la Voix de Saint-Mihiel (...), sous couleur de dire leur fait aux institutions qui nous régissent, roula les deux colonels dans la boue en un Premier Saint-Mihiel qui fit sensation (COURTELINE, Train 8 h 47, 1888, p. 227).
b) P. méton.
) Faire avancer un véhicule, un objet muni de roues; dans les mines, pousser un wagon de minerai. Rouler un canon, une berline; rouler une brouette. Sa venue me causait une vive joie, parce qu'elle apportait des changements dans la maison (...). On roulait mon lit dans le petit cabinet des roses, et j'exultais (A. FRANCE, Pt Pierre, 1918, p. 124). Le minerai est chargé à la pelle dans des wagonnets. Ceux-ci sont roulés à la main jusqu'à la gare la plus proche (STOCKER, Sel, 1949, p. 49). Absol. Voilà qu'il perdait une de ses herscheuses (...). S'ils n'avaient plus que Catherine pour rouler, la besogne allait souffrir (ZOLA, Germinal, 1885, p. 1156). V. galibot ex. de Zola.
Expr., CYCL. Rouler la caisse, la rouler. ,,Faire tourner la machine, pédaler, avancer à vive allure en entraînant le peloton derrière soi`` (ESN. 1966). Oui, c'est sur les incomparables routes de France, en « roulant la caisse, » que nos as ont tous démontré leur valeur (L'Auto, 5 déc. 1933, p. 4 ds GRUBB Sports 1937, p. 65). Les coureurs avaient quitté le camp de la Celle-Saint-Cloud et « la » roulaient comme il convient (Match, 12 mars 1935, ds GRUBB Sports 1937, p. 65). Rouler le train. ,,Suivre les concurrents`` (CARABELLI, [Lang. sportif], s.d.).
) Transporter quelqu'un, quelque chose dans un véhicule, un objet muni de roues. Le boulanger cuisant la nuit, roulant le jour ses pains dans sa camionnette (GENEVOIX, Raboliot, 1925, p. 316). [Le suj. désigne le véhicule] Ils n'avaient qu'à monter dans le wagon dont on leur avait désigné le numéro. Et, en cinq minutes, le régiment disparut dans ces petites cases noires et brunes qui allaient rouler deux mille hommes jusqu'à la frontière (BENJAMIN, Gaspard, 1915, p. 20).
Se faire rouler. Dès le matin il se faisait rouler entre la cheminée de sa chambre et la porte de son cabinet, sans doute plein d'or (BALZAC, E. Grandet, 1834, p. 222).
c) P. méton., AGRIC. [L'obj. désigne ce sur quoi on roule qqc.] Passer le rouleau sur un champ, sur des semis, etc. Rouler les avoines, les pâturages, une prairie, le gazon. Quand on est obligé de rouler ses terres avant l'hiver, (...) on risque de laisser une terre trop unie en surface et plus sujette aux soulèvements par les gelées (BALLU, Mach. agric., 1933, p. 174). Absol. Je te voyais herser, rouler, faucher parfois (VERLAINE, Œuvres compl., t. 2, Amour, 1888, p. 97).
2. Donner un mouvement de rotation, de balancement à quelque chose.
a) Faire tourner un objet. Gloire soit à la sainte mère de Dieu! ajouta en roulant son fuseau une vieille (HUGO, Han d'Isl., 1823, p. 227).
b) [Le suj. désigne un bateau, un objet flottant, le compl. d'obj. un composant ou un contenu de ceux-ci] Donner un mouvement de roulis. La nuit, lorsqu'on l'avait remis aux fers, et que le gros temps le roulait entre ses deux voisins, il se sentait lâche, il pleurait (ZOLA, Ventre Paris, 1873, p. 685). L'eau morte clapotait. Les dos arrondis des chalands, les coffres ventrus des pontons (...) roulaient lourdement leur masse plongeante (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 253).
c) Donner un mouvement plus ou moins circulaire, un mouvement de balancement à une partie du corps, à un organe. Rouler les hanches, les reins, la taille, le torse; rouler des yeux furibonds, terribles, tendres, d'épouvante; rouler la prunelle. Il marcha d'abord de long en large, à grands pas, gardant le volume ouvert entre ses doigts, roulant les yeux, suffoqué, tuméfié, apoplectique (FLAUB., Mme Bovary, t. 2, 1857, p. 96). Il roulait doucement l'une dans l'autre ses mains grassouillettes, comme s'il les eût savonnées (MARTIN DU G., Thib., Pénitenc., 1922, p. 689).
Rouler les/des épaules (souvent pour chercher à impressionner quelqu'un). Synon. rouler les/des mécaniques (v. mécanique II C 3). C'était (...) le départ des charbonniers pour le travail, roulant des épaules, embarrassés de leurs bras (ZOLA, Germinal, 1885, p. 1151). Il serre la boucle de son pantalon en roulant les épaules, du geste canaille dont il affronte un rival, au seuil de l'estaminet (BERNANOS, M. Ouine, 1943, p. 1456).
Loc. pop. Rouler un patin, une pelle, une saucisse.
3. [Avec l'idée de mouvement continu]
a) [Le compl. d'obj. désigne un lieu] Se déplacer sans cesse d'un lieu à l'autre, parcourir un lieu en tous sens, voyager sans cesse. Synon. courir. Rouler le monde, la province, la campagne; rouler les cabarets, les cafés. Au fond de chaque homme, il y a toujours un sauvage caché qui veille, — chez nous surtout qui avons roulé la mer (LOTI, Mon frère Yves, 1883, p. 204). Ce qui m'a surtout servi (...) ce sont mes souvenirs du siège et de la garde nationale, le bataillon ouvrier avec lequel j'ai roulé Paris et la banlieue quatre mois durant (A. DAUDET, Trente ans Paris, 1888, p. 276).
[Le suj. désigne un bateau] Toucher successivement de nombreux ports. Embarqué d'urgence sur le transport la Moselle qui va rouler les ports du Nord (LOTI, Journal, 1878-81, p. 25).
[Le suj. désigne une chose] Au fig. Être colporté. Connu, tout ça! (...) Des trucs usés qui roulent tous les bureaux de Paris depuis trois semaines (DUHAMEL, Confess. min., 1920, p. 131).
b) Rouler sa vie/une vie + déterm. Passer sa vie de telle façon. Rouler doucement sa vie, passer sa vie dans une fortune médiocre. Rouler sa vie comme on peut, mener une vie assez pauvre, assez malheureuse (LITTRÉ). Brauwer, Van Ostade, les premiers peintres vagabonds (...) roulaient une vie candide dans les mauvais lieux et les auberges où ils payaient l'écot en peignant une enseigne (FAURE, Hist. art, 1921, p. 55).
B. — [Corresp. à supra I B]
1. Produire des sons sourds, vibrants, prolongés. Rouler des plaintes; l'orgue, l'ouragan roule son tonnerre. Tantôt sa voix grave et sévère Gourmande le torrent des esprits révoltés, Ou, bruyante comme un tonnerre, Roule une Marseillaise aux faubourgs irrités (BARBIER, Ïambes, 1840, p. 7):
3. Puis tombent brusquement, de l'église toute proche, les rafales de l'Angélus. Quand le dernier coup finit de rouler à travers la vallée son tonnerre, le ciel tremble encore et met longtemps à s'apaiser.
BERNANOS, Crime, 1935, p. 795.
En partic. [Le suj. désigne un instrument de mus.] Faire entendre des notes liées; faire entendre une note de manière continue. Pendant 25 mesures (...) [la timbale] roule obstinément, sempre pp la note si bémol (...) [Adagio IVe Symphonie] (PROD'HOMME, Symph. Beethoven, 1921, p. 151). Le violoncelle roule sourdement les premières notes du thème principal (MARLIAVE, Quat. Beethoven, 1925, p. 115).
Rouler les r. Articuler les r en faisant vibrer la pointe de la langue contre les dents, les alvéoles. V. la lettre R A 2 b ex. de Audiberti et SAUSS. 1916.
P. anal. C'est moi qui m'occupe des moutons (...) C'est moi qui roule les « prrr... ma guéline [jeune brebis]! » pour les empêcher de toucher à l'avoine (COLETTE, Cl. école, 1900, p. 245).
2. Fam. Rouler la caisse/de la caisse. Jouer du tambour. Il y a toujours eu, place d'Italie et sur les terres-pleins avoisinants des chanteurs ambulants et des hercules tatoués qui roulent la caisse (ARNOUX, Paris, 1939, p. 202). La musique, moi (...) je m'en tamponne. Pas plus capable de sonner de la trompe que de rouler de la caisse (ARNOUX, Solde, 1958, p. 53).
C. — [Corresp. à supra I C] Au fig. Examiner longuement des idées, des pensées, tourner et retourner dans son esprit. Rouler un projet (dans son esprit, dans son crâne, en soi-même). Je roulais dans ma tête une foule de phrases, de protestations, d'apostrophes passionnées, qui formaient un cauchemar pénible (TOEPFFER, Nouv. genev., 1839, p. 156). (Léon envisageait, sans réagir, les hypothèses les plus humiliantes.) Il roulait tout cela, quand un malaise se forma en lui (MONTHERL., Célibataires, 1934, p. 887).
[P. méton.] Je n'étais pas loin d'admettre, tant mon cerveau roulait de scrupules, de curiosités et d'inquiétudes, que ma tante et Olivier avaient raison en me supposant amoureux, mais de qui? (FROMENTIN, Dominique, 1863, p. 82).
D. — P. méton.
1. Donner une forme sphérique ou cylindrique à quelque chose en le faisant rouler et en le modelant, en le comprimant. Rouler son mouchoir dans ses mains. Il tira de sa poche une cigarette, l'ouvrit, souffla la feuille légère, roula le tabac blond entre ses paumes, et du bout des doigts, le glissa soigneusement sous sa langue (BERNANOS, Joie, 1929, p. 650).
Rouler qqc. en (forme de) + subst. D'un geste nerveux Maria ramassa les papiers qui traînaient sur la table et les roula en boule (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 324).
♦ [Le compl. d'obj. désigne la forme, l'objet obtenu(e)] Rouler des boulettes de mie de pain, des boules de neige. Roulant sur la table des boudins de terre, il [Rodin] s'en servit pour façonner rapidement une maquette (P. GSELL ds RODIN, Art, 1911, p. 256). On roule des flambeaux avec la neuve cire (JAMMES, De tout temps, 1935, p. 109).
TECHNOL. Former (un métal) par roulage; imprimer des filets (sur les vis). Une machine à rouler les vis a un débit de 3 000 à 4 000 vis [à l'heure] (CHAMPLY, Nouv. encyclop. prat., t. 13, 1927, p. 95).
2. Synon. de enrouler.
a) Replier une chose mince et souple sur elle-même en formant un cylindre, un rouleau. Rouler une carte, un tapis, une voile, un écheveau de corde, un ruban; rouler ses cheveux, sa moustache; rouler un ourlet. Les sœurs Jaubert ont également consigné une foule de renseignements sur des bandes de papiers minces qu'elles roulent dans le tuyau de leurs porte-plumes (COLETTE, Cl. école, 1900, p. 190). Il ôta son veston, roula ses manches (VAN DER MEERSCH, Invas. 14, 1935, p. 159).
Rouler qqc. en (forme de) + subst. J'avais roulé un morceau de papier en forme de lunette, et j'observais l'astre, tantôt avec l'œil seulement, tantôt au moyen de cet instrument digne de l'âge de pierre (ALAIN, Propos, 1921, p. 253). Le Rhynchite du bouleau découpe le limbe de la feuille de façon à la rouler ensuite en une sorte de cigare au centre duquel il déposera ses œufs (V.-B. WIGGLESWORTH, La Vie des insectes, trad. par P. Pesson, 1972 [1970], p. 124).
♦ [Le compl. d'obj. désigne un composant du suj. ou la forme prise par le suj.] S'enrouler, prendre telle forme en s'enroulant. Un escalier roule ses spirales. Sa rousse chevelure (...) lui pendait, inerte, par mèches molles, sur la nuque, au lieu de rouler mille anneaux (CLADEL, Ompdrailles, 1879, p. 190).
TECHNOL. Courber des tôles pour former des tubes. Machines à cintrer et rouler les tôles et fers plats. Ces machines comportent trois rouleaux (CHAMPLY, Nouv. encyclop. prat., t. 13, 1927, p. 110).
P. méton., COIFF. Rouler une mise en plis, une permanente. Rouler les mèches de cheveux sur des bigoudis. Il est donc indispensable de mettre toujours des gants pour rouler une permanente (Technol. Coiff. Dames et Messieurs, Paris, Delachaux Niestlé Spes, t. 1, 1979, p. 75).
b) Rouler qqc. à/autour de/sur qqc./qqn. Appliquer une chose souple sur un support en faisant des tours. Rouler une bande sur un membre, une écharpe autour de son cou, une couverture, un châle autour de qqn. Il mit deux jours de vivres dans un sac, prit ses crampons d'acier, roula autour de sa taille une corde longue, mince et forte (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Aub., 1886, p. 1079). Luce vient me trouver, roule complaisamment mes boucles sur son doigt (COLETTE, Cl. école, 1900, p. 234). Au fig. Mais, vous savez, Jacqueline le roulerait autour de son petit doigt. Il l'aime trop pour lui refuser rien (TOULET, Demois. La Mortagne, 1920, p. 164).
[Le compl. d'obj. désigne un composant du suj.] S'enrouler. Un tourbillon de fumée (...) roula quelque temps ses plis autour des murs (HUGO, Bug-Jargal, 1826, p. 82). Un serpent à la gueule impure avait roulé ses anneaux au tronc d'un chêne (QUINET, All. et Ital., 1836, p. 110).
c) Rouler qqc./qqn (dans qqc.). Envelopper quelque chose/quelqu'un dans une chose souple. — Cours chercher un drap, dit Gallet à sa femme. On y roula Mlle Malorthy, désormais inerte (BERNANOS, Soleil Satan, 1926, p. 115). Le jeune homme en mangea une partie crue [de la viande]. Et il roula le reste dans un papier (VAN DER MEERSCH, Invas. 14, 1935, p. 188). [Dans une métaph.] Être roulé dans la tendresse. Qu'on me laisse! Je suis roulé dans la paresse. J'ai noué sur moi les cornes de l'édredon (RENARD, Journal, 1900, p. 600).
En partic. Envelopper du tabac dans une feuille de papier ou de tabac pour former une cigarette, un cigare. Tabac à rouler. L'impudent, ayant tiré de son caleçon de combat une feuille de « papel de hilo », lentement y roula quelques bribes de tabac belge (CLADEL, Ompdrailles, 1879, p. 337).
♦ [P. méton.] Rouler une cigarette, un cigare; en rouler une (fam., pop.). Il y a bien quatre à cinq cents femmes occupées dans la manufacture. Ce sont elles qui roulent les cigares dans une grande salle (MÉRIMÉE, Carmen, 1845, p. 30). V. cigarette ex. 1. Empl. pronom. réfl. indir. De tes doigts rosés Tu te roulais des cigarettes (CROS, Coffret santal, 1873, p. 46).
III. — Empl. pronom.
A. — [Corresp. à supra II A; le suj. désigne une pers., un animal] Faire un ou plusieurs tours sur soi-même, en étant allongé sur le sol, sur quelque chose. Se rouler par terre, dans l'herbe, sur un lit. Les cochons et les truies, suivis d'une ribambelle de marcassins (...) jubilaient à se rouler dans la mare (CLADEL, Ompdrailles, 1879, p. 135). Là-dessus il se roule sur le parquet, en proie à une véritable crise nerveuse (MARTIN DU G., Thib., Cah. gr., 1922, p. 586). [Dans une métaph.] Et à ce désir irrésistible de savoir s'ajoutait aussi un étrange besoin de souffrir plus fort, de se rouler sur son malheur comme on se roulerait sur des ronces (MAUPASS., Mt-Oriol, 1887, p. 273).
Au fig. Se rouler (dans la débauche, dans le vice). Mener une vie de débauche. La culbute des gens chic dans la crapule du vice surprenait encore Nana, (...) il n'y avait donc plus de vertu? Du haut en bas, on se roulait (ZOLA, Nana, 1880, p. 1314). Un jeune homme! On sait trop ce que c'est, et comment ça s'est formé, et tous les endroits où ça s'est roulé. Ça n'a plus aucune innocence, c'est entendu. C'est plein de vice et de pensées malsaines et ça n'éprouve aucun respect pour les femmes, au contraire (MIOMANDRE, Écrit sur eau, 1908, p. 8).
♦ Le plus souvent, p. exagér., fam.
Se rouler aux pieds de qqn (pour le supplier, obtenir quelque chose). Toujours serez-vous de rocher?... Dans nos dernières entrevues, vous m'avez laissé me rouler à vos pieds, plutôt que d'accorder la plus basse faveur à ce malheureux amant (BOREL, Champavert, 1833, p. 53). Var. Le monde entier pourrait bien se rouler sur le paillasson Et gémir Et pleurer Et supplier Demander à boire À boire ou à manger Qu'il n'ouvrirait pas (PRÉVERT, Paroles, 1946, p. 61).
Se rouler (de rire). Synon. se tordre (de rire). Le rire recommença, cette fois accablant (...). On bondissait, on criait bis, on se roulait. On battait du pied. On s'empoignait au rabat (HUGO, Homme qui rit, t. 3, 1869, p. 165). Il aurait suffi (...) de la voir ce jour-là renversée sur le divan du petit salon se tordre, se rouler de rire (A. DAUDET, Rois en exil, 1879, p. 251). Loc. adj. À se rouler (par terre). Synon. à se tordre, roulant, tordant. C'était assez spirituel, comme vous pouvez voir! Oh! je ne dis pas que ce fût à se rouler, naturellement (COURTELINE, Vie mén., Ma femme est en voy., 1890, p. 239).
Vieilli. Se rouler avec qqn/avec un animal. Rouler sur soi-même, sur le sol, au cours d'une lutte, d'un jeu. Déjà, sur le seuil des portes, nous voyions des marmots barbouillés se rouler fraternellement avec de gros chiens (ZOLA, Contes Ninon, 1864, p. 117). Raboliot, sur le sable du chemin, se roulait avec un garde du Bois-Sabot. Poitrine contre poitrine, tantôt dessus, tantôt dessous (GENEVOIX, Raboliot, 1925, p. 272). Empl. pronom. réciproque. L'histoire romaine entière présente le spectacle de deux athlètes vigoureux qui s'étreignent et se roulent, tour à tour écrasants et écrasés (J. DE MAISTRE, Souveraineté, 1821, p. 371).
Empl. pronom. réfl. indir. Se rouler la tête (supra II A 1 a ).
B. — [Corresp. à supra II D]
1. Prendre une forme arrondie en se repliant, en se ramassant sur soi-même, en étant replié sur soi-même. Anguille, serpent qui se roule sur lui/elle-même. Oui, madame. La bonne Vierge est restée un bon moment, puis elle s'est roulée comme une toile. Et puis je n'ai plus rien vu (A. FRANCE, Anneau améth., 1899, p. 52). Dieu l'avait doué d'une voix grotesque: on eût dit que sa langue, pressée de nuire, se roulait dans sa bouche. Il prononçait: — Vous yèdes miobiliyabe! (BENJAMIN, Gaspard, 1915, p. 110).
Se rouler en + subst. Chat qui se roule en pelote. Cette disposition du corps, formé d'anneaux articulés et pouvant jouer les uns sur les autres, permettait à certains Trilobites de se rouler en boules comme les Cloportes (BOULE, Conf. géol., 1907, p. 83). Khuai ou San. — Cheveux communément très courts, qui se roulent en petites boules séparées (HADDON, Races hum., trad. par A. Van Gennep, 1930, p. 34). P. anal. Quelques petits nuages se roulaient en boule dans le ciel (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 334). Une foule d'une intensité primitive et terrible, se roulait en pelote, se gonflant sous son propre progrès (MORAND, Fin siècle, 1957, p. 153).
2. Se rouler autour de/sur qqc. Être/pouvoir être enroulé sur un support; entourer quelque chose. De longues murailles démantelées, se roulant en ceinture autour d'un roc (HUGO, Han d'Isl., 1823, p. 253). Cette tente se roulait sur un cylindre en bois, et, au moyen d'une crémaillère, se déployait à volonté (REYBAUD, J. Paturot, 1842, p. 212).
3. Se rouler dans qqc. S'envelopper dans quelque chose. Se rouler dans une couverture. Elle sortit de l'eau avec regret pour se rouler dans un peignoir chaud (MAUPASS., Mt-Oriol, 1887, p. 69).
4. Empl. pronom. réfl. indir. Se rouler une cigarette (supra II D 2 c), s'en rouler une (fam.).
C. — Loc. pop., empl. pronom. réfl. indir. Se les rouler. Ne rien faire, paresser. Synon. se tourner les pouces (v. pouce I B 2). Je fais mon boulot de chauffeur à la manque pendant deux ou trois mois. Ce n'est pas sorcier. À part le voyage à D. tous les matins, le reste du temps je me les roule (GIONO, Gds chemins, 1951, p. 219).
Rem. Les représente les pouces selon les dict. gén. Noter aussi l'expr. arg.: ,,Les rouler (se), [les Pelotes; « une dans le son, l'autre dans la farine », ajoute-ton parfois (...)] Fainéanter`` (ESN. Poilu 1919, p. 318).
REM. 1. Roule-, élém. de compos. issu d'une forme du verbe rouler. a) Roule-bandes, subst. masc. ,,Dispositif pouvant se fixer à une table pour rouler les bandes de gaze, tarlatane, etc.`` (Méd. Biol. t. 3 1972). b) Roule-conteneur, subst. masc., transp. ,,Système de déplacement des conteneurs consistant en l'adaptation de quatre roulettes à une platine horizontale`` (Termes nouv. Sc. Techn. 1983). c) Roule-partout, subst. masc., pop. Vagabond. Un vieux roule-partout, tanné à courir les chemins (ARÈNE, Calanque, 1896, p. 164). d) Roule-ta-bosse, rouletabosse, subst. masc. ) Personne qui voyage sans cesse, vagabond. Les mille et un métiers (...) qui permettent aux éternels rouletabosse de viv' (...) en marge del société (M. STÉPHANE, Ceux du trimard, 1928, p. 8). ) Text. Cylindre d'une machine à carder la laine, destiné à la débarrasser des chardons. La laine est ensuite prise [après l'étirage] par des cylindres à aiguilles (...) et happée par le « roule-ta-bosse » (...) cylindre garni de dents de scie inclinées suivant l'axe de rotation (R. THIÉBAUT, Textiles, t. 1, 1959, p. 215). e) Roule toujours, subst. masc., presse. ,,Cycliste spécialisé dans la livraison rapide des journaux`` (CFPJ Presse 1982). 2. Rouler, subst. masc. a) Hipp. ,,Accompagnement corporel par le cavalier, des mouvements naturels du cheval en allure`` (ST-RIQUIER-DELP. 1975). Rouler d'arrêt, d'impulsion, des jambes, de l'assiette (ST-RIQUIER-DELP. 1975). b) Basket. ,,Action de faire rouler de la main le ballon au sol`` (PETIOT 1982). V. roulé III A 1 a. Les joueurs, par des dribblings, des roulers, des passes (...) essaient de marquer des points (BOUCHER, CAGNON, Basket-ball, p. 9 ds GRUBB Sports 1937, p. 65). 3. Roulerie, subst. fém., hapax. Rapports amoureux. Bonne chère, bon feu, le va te promener la honte (...), la roulerie sur le canapé avec les femmes (...). Voilà ce qui sied aux mœurs modernes, aux hommes d'action (...), ou même aux artistes qui veulent penser à autre chose (à leur ouvrage actuel) tout en caressant leur maîtresse! (BARB. D'AUREV., Memor. 2, 1839, p. 392). 4. Rouli-rouler, verbe intrans. Se déplacer en paraissant rouler, avec un mouvement de balancement, de roulis. Il y avait de tout (...) des petits serpents prestigieux et d'horribles batraciens dans des bocaux et, rouli-roulant et tanguant sur le plancher, des tortues de toutes les dimensions (CENDRARS, Lotiss. ciel, 1949, p. 21).
Prononc. et Orth.:[], (il) roule []. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. Intrans. 1. ca 1160 rëoller « effectuer un mouvement en tournant sur soi-même » (Eneas, 5446 ds T.-L.); 1176-78 roeler (CHRÉTIEN DE TROYES, Chevalier Lyon, éd. M. Roques, 3264); 1180 roueler (Fierabras, 58 ds T.-L.); 1561 roulant part. prés. adj. « qui roule » ces cercles roulans (J. GRÉVIN, La Gélodacrye, p. 344 ds IGLF); 2. 1585 « (d'un véhicule) se déplacer sur une surface grâce à des roues » la charrette ... roule et chemine (N. DU FAIL, Contes et Discours d'Eutrapel ds Œuvres facétieuses, éd. J. Assézat, t. 2, p. 321); d'où a) 1694 roulant part. prés. adj. chaise roulante (Ac.), chemin roulant (ibid.); 1900 Trottoir Roulant (COURTELINE, Article 330, p. 266); b) 1847 id. part. prés. subst. « nomade possédant une roulotte » roulants ou chineurs (FÉVAL, Fils diable, t. 1, p. 235); 1847 le roulant vif « le chemin de fer » (BALZAC, Splend. et mis., p. 527); 1939 « mécanicien de chemin de fer » (d'apr. ESN. 1966); c) 1859 fam. ça roule « ça va bien, ça marche » (GONCOURT, Journal, p. 669); 3. 1604 « produire un bruit sourd et prolongé » (MONTCHRESTIEN, Hector, p. 37 ds IGLF: le bruit d'un tonnerre sembloit [...] rouler par la terre); 4. 1611 « (d'une personne) se déplacer au moyen d'un véhicule » il fait beau rouler en esté (COTGR.); 1690 se rouler sur l'or « être très riche » (FUR.); 1736 rouler sur l'or (VOLT., Enfant prod., III, 2 ds LITTRÉ); 5. a) déb. XVIIe s. « mener une existence aventureuse » (D'AUBIGNÉ, Tragiques, livre VI ds Œuvres compl., éd. Réaume de Caussade, t. 4, p. 271); b) 1640 « subvenir à ses besoins, vivre » (OUDIN Curiositez); c) 1690 faire rouler un carrosse « avoir les moyens d'entretenir un carrosse » (FUR.); 1709 rouler carrosse (LESAGE, Turcadet, IV, 12 ds LITTRÉ); 1807 id. « être dans l'aisance » (COURIER, Lettres Fr. et Ital., p. 75); 6. 1633 impr. la presse roule (S. PETIT, in Les Correspondants de Peiresc, II, 251 [161] [Slatkine] ds QUEM. DDL t. 18); 7. a) 1656 « être tourné retourné dans l'esprit » (MOLIÈRE, Dépit amoureux, II, V); b) 1660 rouler sur « avoir pour objet » (G. DE BREBEUF, Entretiens solitaires, éd. R. Harmand, p. II); c) ca 1678 id. « reposer sur, dépendre de » (LA FONTAINE, Achille, II, IV, 508 ds Œuvres, éd. H. Régnier, t. 7, p. 624); 8. 1678 mar. navire qui roule (GUILLET, 3e part., p. 291); 9. a) 1685 l'argent roule « l'argent est en abondance » (Mme DE MAINTENON, Lett. à d'Aubigné, 7 avril ds LITTRÉ); b) 1690 « avoir une circulation active » (FUR.); 1770 fonds roulant (RAYNAL, Hist. phil., V, 3 ds LITTRÉ); 10. 1839 « (d'un cavalier) éprouver des déplacements de selle » il roulait un peu sur sa selle (STENDHAL, Chartreuse, p. 45). II. Trans. et pronom. 1. ca 1170 trans. rueler « déplacer un objet en le faisant tourner sur lui-même » (Rois, éd. E. R. Curtius, p. 51, ligne 30); 1409 roller (Compte du pont à l'Arche, 12e Somme de mises, A. Tournai ds GDF. Compl.); 1642 fig. (CORNEILLE, Pompée, I, 1, 190); 2. a) ca 1225 id. « imprimer au corps ou à une de ses parties un mouvement de rotation » les iex va rouelant (Huon de Bordeaux, éd. P. Ruelle, 1317); 1561 roullant les yeux (J. GRÉVIN, Les Esbahis, p. 131 ds IGLF); 1834 rouler sa bosse (BALZAC, Gaudissart, p. 14); 1876 rouler les épaules (A. DAUDET, Jack, t. 2, p. 47); b) 1538 pronom. (EST.); c) 1901 se les rouler (BRUANT, p. 217 qui cite P. Paillette); 3. 1553 id. « faire tourner une chose autour d'une tige, d'un axe ou sur elle-même pour lui donner la forme d'un rouleau » (La Bible, s.l. impr. J. Gérard, Apoc. VI, 14); cf. 1575 bande ... roulée estroittement (PARÉ, Anat., XII, II ds Œuvres compl., éd. J. F. Malgaigne, t. 2, p. 279); 1854 rouler sa cigarette (ABOUT, Grèce, p. 39); 1848 crêpe roulée (CHATEAUBR., Mém., t. 1, p. 409); 4. a) 1611 id. « déplacer en le roulant un objet » (COTGR.); b) 1831 « déplacer une personne installée dans un véhicule roulant (ici un fauteuil) » (SUE, Atar-Gull, p. 35); 5. a) 1636 id. rouler un dessein an sa pansée (MONET); b) 1836 rouler qqc. dans la boue (CHATEAUBR., Litt. angl., t. 2, p. 213); 6. 1666 id. rouler sa voix (BOILEAU, Satires, éd. A. Cohen, VI, 8); 1873 rouler les r en parlant (A. DAUDET, Contes lundi, p. 131); 7. 1680 id. « aplanir avec un rouleau » rouler les aveines (RICH.); 8. a) 1808 id. « se moquer de quelqu'un » (HAUTEL); b) 1834 « abuser quelqu'un pour en tirer profit ou avantage » (BALZAC, Gaudissart, p. 21); c) 1837 pronom. se rouler par terre « être pris d'une crise de fou-rire » (FLAUB., Corresp., p. 25) [1812 j'ai ri à me rouler sur mon fauteuil (JOUY, Hermite, t. 2, p. 36)]; 1883 roulant part. prés. adj. « qui fait rire à se tordre » dessin roulant et goguenard (HUYSMANS, Art mod., p. 231); 9. a) 1834 « envelopper entièrement » ici pronom. (BALZAC, E. Grandet, p. 368); b) 1869 mignonne, bien roulée « bien faite » (A. DAUDET, Lettres moulin, p. 17); 10. 1865 chasse (E. PARENT, Le Livre de toutes les chasses..., Paris, C. Tanera, t. 2, p. 299); 11. 1877 « parcourir en tous sens » rouler les boulevards (ZOLA, Assommoir, p. 637); 12. chaudronnerie machine à rouler (Nouv. Lar. ill.); 13. 1933 rouler un cheval (Lar. 20e). Dér. de l'a. fr. ruele, roele « petite roue », v. rouelle et de rôle, le rad. des deux aboutissant souvent au même résultat; dés. -er. Fréq. abs. littér.:7 270. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 9 253, b) 13 391; XXe s.: a) 11 866, b) 8 708.
DÉR. Roulable, adj. a) Qui peut être roulé en cornet, en entonnoir. (Dict. XIXe s.). b) Où l'on roule aisément. Synon. roulant. Deux heures après, on a retrouvé l'hiver sec. L'herbe est rousse (...). La route est redevenue roulable (GIONO, Gds chemins, 1951, p. 193). []. 1res attest. a) 1842 bot. « susceptible de se rouler en cornet » (Ac. Compl.), b) 1951 « où l'on peut rouler » (GIONO, loc. cit.); de rouler, suff. -able.
BBG. — DAUZAT Ling. fr. 1946, p. 326. — GOUGENHEIM (G.). Une Catégorie lexico-gramm.: les loc. verbales. Ét. Ling. appl. 1971, n ° 2, pp. 59-60. — QUEM. DDL t. 5, 6, 9, 15, 18, 27, 30, 32. — TAFEL (C. E.). Beiträge zur frz. Etymologie. Bonn, 1976, p. 21, 42.

rouler [ʀule] v.
ÉTYM. 1409; roueller, 1180; de rouelle « roue », et confondu avec les dér. du lat. rotulare (anc. provençal rollat, v. 1300); du lat. rotella. → Rôle.
———
I V. tr.
1 Déplacer (un corps arrondi) en le faisant tourner sur lui-même. || Rouler un tonneau. || Rouler des troncs d'arbres, du bois (→ Couper, cit. 1). || La pierre revient sur celui qui la roule (→ Creuser, cit. 10). || Sisyphe condamné à rouler sa pierre.
1 Les dieux avaient condamné Sisyphe à rouler sans cesse un rocher jusqu'au sommet d'une montagne d'où la pierre retombait par son propre poids.
Camus, le Mythe de Sisyphe, p. 163.
Fig. Rouler sa bosse (1875; semble avoir remplacé rouler son corps, ci-dessous) : voyager beaucoup, avoir l'expérience qu'on acquiert dans les tribulations d'une vie aventureuse (→ Rouletabosse, II.).
2 Le cousin Bruyère avait pas mal roulé sa bosse, c'était l'expression de grand-père. À vrai dire Guy ne comprenait pas comment on pouvait dire ça du cousin Bruyère. D'abord il n'était pas bossu. Et puis on ne le voyait pas se roulant comme un clown.
Aragon, les Cloches de Bâle, I, VI.
(1781). Vx. || Rouler son corps (même sens que rouler sa bosse).
2.1 (…) que je veille ou que je dorme, que je roule mon corps d'un faubourg à un autre (…) ma tête et mon cœur sont toujours ici.
Francis et Dartois, la Marchande de goujons, 1821, in D. D. L., II, 15.
(Sujet n. de chose). || Rivière qui roule des galets. || « Roule, roule ton flot (cit. 4) indolent, morne Seine » (Verlaine). || Le vent, le ciel roule des nuages (cit. 1). → Charger, cit. 29.
3 Le fleuve à grand bruit roule un flot rapide et jaune (…)
Hugo, la Légende des siècles, X, II.
Géol. Transporter (des matériaux rocheux), en parlant d'un courant d'eau. Roulé (ci-dessous).
3.1 (…) ils (des os humains fossiles) ont été roulés, selon l'expression des géologues, c'est-à-dire transportés par un courant d'eau rapide, qui les a brisés en les roulant le long du trajet.
L. Figuier, Année sc. et industr., 1865, p. 269 (1864).
2 Faire avancer, déplacer (un objet muni de roues, de roulettes). || Rouler un chariot, une brouette.Absolt. Faire le roulage à la main (→ Haveur, cit.).Pompiers (1. Pompier, cit. 1) roulant et poussant leurs appareils. || Elle roula la table sur la terrasse (→ Piqueter, cit. 1).
4 Si l'herbe est agitée ou n'est pas assez haute,
J'y roulerai pour toi la Maison du Berger.
A. de Vigny, Poèmes philosophiques, « Maison du berger », I.
5 Les époux, pour ne point rester face à face, roulaient dès le matin, dans la salle à manger, le fauteuil de la pauvre vieille.
Zola, Thérèse Raquin, XXVI.
Déplacer (qqn) dans une machine à roues, à roulettes. || Des nurses (cit.) roulaient des bébés dans des voitures.(En parlant d'un engin de locomotion). Transporter (qqn, qqch.).
5.1 De nouveau le train roulait Herbillon vers la ligne de combat.
J. Kessel, l'Équipage, p. 155.
Loc. Faire rouler (un véhicule).
(1709). Rouler carrosse : avoir un carrosse à soi. (1837). Fig. Avoir les moyens de tenir grand train de vie. Par ext. Vivre dans l'aisance (→ Carrosse, cit. 3).REM. L'expression initiale (1690) était faire rouler un (le) carrosse « avoir une voiture à soi ».
3 Rouler (qqch., qqn) dans… : rouler de manière à recouvrir, à enduire toute la surface. || Rouler des beignets, des croquettes dans la farine, une pêche dans du sucre. Enrober. || Rouler un nouveau-né (cit. 4) dans un lange. Enrouler, envelopper.Par métaphore. || Rouler les papes dans leurs ruses (→ Normand, cit. 2).
6 (…) une jolie petite fille, toute roulée, à cause du froid, dans un plaid quadrillé, et qui regagnait le pays (…)
Charles Nodier, Contes, « Fée aux miettes », XI.
Loc. fam. Rouler (qqn) dans la farine (cit. 9), le duper. || Se faire rouler dans la farine : être abusé. → ci-dessous Rouler quelqu'un.
4 (1553; lat. rotulare). Tourner (qqch.) autour d'un axe (concret ou imaginaire); mettre (qqch.) en rouleau. || Rouler un pansement autour d'un bras; rouler une bande molletière. || Rouler une mèche de cheveux sur un bigoudi; du fil sur une bobine. || Rouler un parchemin, un message (→ Griffonner, cit. 6), un journal, une gravure… ( Plier). || Rouler un tapis, un store.Rouler un parapluie, lorsqu'il est fermé, rouler le tissu autour du manche.(1904). Mar. || Rouler la toile : serrer la voile sur la vergue, sur la bôme.Rouler ses manches pour les retrousser.Rouler en cornet, en corde ( Corder).
7 — Docteur, dit le Padre, donnez-moi un cigare.
— Ignorez-vous, Padre, que mes cigares ont été roulés sur leurs cuisses par les filles de la Havane ?
A. Maurois, les Silences du colonel Bramble, XIX.
8 Ils ont posé leurs vestons sur le dos de leurs chaises et roulé les manches de leurs chemises au-dessus de leurs coudes.
Sartre, Huis clos, 5.
Rouler une cigarette, la confectionner en serrant le tabac dans une feuille de papier (papier à cigarettes) que l'on enroule. || Rouler ses cigarettes à la main, au moule.Fam. Tu t'en roules une (→ ci-dessous, Roulé, p. p., II., 2., c) ou tu préfères une toute cousue ? (→ Coudre, cit. 7). Absolt. || Tabac à rouler. || Apprendre à rouler.Au p. p. (et avec jeu de mot avec roulé, I., 3.) :
8.1 — Si vous les aimez bien roulées (…) intervint le haut-parleur (…) papier à cigarettes O… C… B ! ! !
René Fallet, le Triporteur, p. 358.
Mettre en boule. || Rouler de la farine, de la semoule à la main (→ Couscous, cit. 1). || Rouler des chaussettes pour les ranger.
9 Il (…) roula son journal en boule, le jeta à la tête d'Aurelle et continua.
A. Maurois, les Discours du Dr O'Grady, IV.
5 Faire tourner sur soi-même, imprimer un mouvement circulaire, rotatoire à. || Rouler les épaules, les hanches en marchant.Rouler les yeux, les mouvoir en tous sens (→ Appréciation, cit. 2; difficulté, cit. 14). || Roulant des yeux éplorés (→ Mordre, cit. 24). || Dogues (cit. 2) qui roulent leurs prunelles.
10 Elle (…) fait la moue pour montrer une petite bouche, et roule les yeux pour les faire paraître grands.
Molière, Critique de l'École des femmes, 2.
10.1 Nous sommes des bandits… Nous allons faire peur aux bonnes gens… il grince des dents et roule des yeux féroces d'assassin de film muet…
N. Sarraute, le Planétarium, p. 135.
Loc. fam. Rouler les mécaniques : « rouler » les épaules; par ext. prendre une attitude physique avantageuse, faire le fier-à-bras.Rouler sa caisse (même sens). Absolt. || Qu'est-ce qu'il roule ! Rouleur (de mécaniques).
(1869). Se rouler les pouces : se tourner les pouces en signe d'oisiveté. — ☑ Fam. Se les rouler : ne rien faire. || Si tu crois que je vais travailler pour toi pendant que tu te les roules !
11 Ils se les roulent toute la journée à l'arrière, et ils ne sont pas fichus de monter à l'heure.
H. Barbusse, le Feu, I, II.
11.1 — Et vous là-bas ? Qu'est-ce que vous foutez ? Vous vous les roulez ?
R. Queneau, Loin de Rueil, p. 164.
Trans. ind. || Rouler des épaules, des hanches.
12 Il avait des dents éclatantes, une ombre de moustache comme au pinceau, et roulait légèrement des hanches en marchant.
Aragon, les Beaux Quartiers, I, VII.
Par métonymie (de rouler sa langue).Très fam. Rouler un patin, une pelle (cit. 7) à qqn, lui faire un baiser profond.
6 (1656). Fig., littér. Tourner et retourner (qqch.) dans son esprit. Méditer. || Rouler un projet dans sa tête. || Rouler de tristes (→ Distraction, cit. 4), de profondes pensées.
13 (Elle) prit la vie en grand dégoût et roula dans sa charmante tête les projets les plus sinistres.
Th. Gautier, Fortunio, XIII.
7 a Vx. (1471). || Rouler qqn, le battre ( Roulée).
b (1850). Mod. Exploiter (qqn) en le trompant; influencer à sa volonté. Avoir, berner, duper, posséder. || Il a roulé ses associés.
14 Nom de Dieu ! s'être fait rouler ainsi, se laisser foutre à la porte de chez soi, en un tour de main ! ah ! non, par exemple, on allait voir !
Zola, la Terre, IV, VI.
15 Tu es encore trop petite pour rouler un vieux de la vieille.
J. Renard, Poil de Carotte, La mèche.
Spécialt. Voler (qqn). || C'est bien trop cher ! vous vous êtes fait rouler.
15.1 Est-ce que vous croyez que j'ai fait une bonne affaire ? Est-ce que ce n'est pas encore moi qui suis roulé, puisque monsieur est incapable de me donner un acompte de 1 000 francs ?
Goron, l'Amour à Paris, t. II, p. 648.
8 (1895). Faire vibrer longuement. || Rouler les r (→ Habituel, cit. 2). || Les Méridionaux, les Bourguignons roulent les r.
16 L'air chassé des poumons fait vibrer un organe (ou une partie d'un organe) qui prend, perd et reprend successivement une même position. La pointe de la langue, s'approchant du palais en arrière des dents d'en haut, puis s'éloignant, et ainsi de suite, produit l'r roulé (…) L'r roulé du latin et de l'ancien français disparaît progressivement depuis le XVIIe siècle : il est aujourd'hui paysan ou tout au moins provincial.
Bruneau, Précis de grammaire historique, p. 9.
9 (1680). Agric. Aplatir, passer (qqch.) au rouleau. || Rouler une pâte feuilletée.On roulait les avoines (→ Fauchaison, cit. 1). Roulage; émotter, rabattre. || Rouler un terrain de tennis.
10 Arbor. Se dit du vent, de la neige, etc., qui par l'effort imposé à l'arbre, provoque la roulure (I., 2.).
17 (…) il parlait des arbres roulés par le vent, dont on peut extraire le cœur comme un crayon; il critiquait l'administration de la forêt (…)
Montherlant, les Célibataires, II, IX.
11 Fam. Vx. Parcourir; traîner dans… || « Las de rouler les ateliers (il s'agit d'un modèle)… » (Zola, l'Œuvre, p. 197).
———
II V. intr. (XIVe; roueler, v. 1170).
1 Avancer en tournant sur soi-même, les deux mouvements étant dans le même plan. || Balle, anneau, pièce d'or qui roule (→ Noir, cit. 35). || La bille roulait de plus en plus vite sur la pente. || Laisser rouler une balle (→ Calculer, cit. 7). — ☑ Fig. Laisser rouler la boule.Faire rouler un cerceau. || Pierre qui roule sous les pieds. Ébouler (s').Prov. Pierre qui roule n'amasse pas mousse (1. Mousse, cit. 4). || La tête des décapités, des guillotinés, roule dans le panier de son. || Goutte d'eau qui roule sur une vitre. Couler, glisser. || Larmes brûlantes (cit. 3) qui roulent sur les joues.(En parlant de ce qui n'est pas arrondi, et effectue un mouvement tournant d'une face sur l'autre). || Dés, cubes qui roulent quand on les lance (→ Former, cit. 29). || « Et les trônes roulant comme des feuilles mortes… » (Hugo; → Disperser, cit. 9).
18 (…) le ciel prit une couleur d'orage, un vent soudain courba les branches, et de grosses gouttes de pluie roulèrent dans la poussière.
Alain, Propos, 25 avr. 1909, Mouflons.
(Personnes). Tomber et tourner sur soi-même (par l'élan pris dans la chute). || Rouler cul par-dessus tête (→ Péquenaud, cit. 2). || Rouler sur soi-même en tombant ( Roulé-boulé). || Rouler sous la table. Bouler. || Il roula du haut d'un perron (→ Front, cit. 4). Dégringoler, dévaler. || Il fit rouler le vainqueur par terre (→ Estomac, cit. 15).
19 Les jours d'orage il faudrait s'appuyer aux cloisons, s'accrocher aux portes, se cramponner aux bords de la couchette étroite pour ne point rouler par terre.
Maupassant, Pierre et Jean, IX.
Par métaphore. || Je roulais dans la fange (cit. 6) sociale. Déchoir.Poét. || Roulant dans des abîmes (cit. 34) indéfinissables.
2 (Chose mobile, véhicule). Avancer au moyen de roues, de roulettes. || Chariots qui roulent sur des disques (cit. 1) de bois plein. || On entendait rouler la voiture (→ Incognito, cit. 4). || Automobile qui roule à 100 à l'heure, à grande allure. Marcher (→ Camion, cit. 3; et aussi 2. car, cit.). || Le train roula (→ Insensible, cit. 17). || Barrière de passage (cit. 18) à niveau qui roule; table, panier qui roule. Roulant.
20 Le silence de la nuit, interrompu seulement par le bruit sourd des fiacres qui roulaient sur le boulevard (…)
France, Histoire comique, III.
Par ext. (En parlant du conducteur d'un véhicule). || Roulez à droite !(Vieilli). || Roulez ! : cri, ordre du receveur dans un car, pour commander le départ.Les cyclistes roulaient sur une route bordée de peupliers (→ Goudronner, cit. 2). || Nous roulons vers Paris.Rouler en voiture, à bicyclette. — ☑ (XXe). Rouler à tombeau ouvert : rouler à une vitesse telle que l'on risque un accident.
21 Ceux qui ont un sang plus vif se jettent dans la chasse, la guerre ou les voyages périlleux. D'autres roulent en auto et attendent impatiemment l'occasion de se rompre les os en aéroplane.
Alain, Propos, 29 janv. 1909, L'ennui.
21.1 (…) il roulait à bicyclette et un camion militaire lancé sur la route, l'avait accroché et projeté contre un arbre.
H. Troyat, la Tête sur les épaules, p. 10.
Loc. Je roule pour vous (inscription sur certains camions). Fig. Je roule pour vous (pour toi…) : je travaille pour vous (pour toi…).
(1736). Fig., fam. Rouler sur l'or (1. or, cit. 24) : être très riche.
(1843, in D. D. L.). Fam. Ça roule ! : ça marche, ça va.
3 Tourner sur soi-même.(1633, in D. D. L.). || Une presse qui roule, qui est en mouvement, marche. || Roulez !, se dit lorsqu'on met en marche ce qui tourne (roue de loterie, machine, etc.).Muscles (cit. 5 et 6) qui roulent sous la peau : muscles bien développés dont on voit, ou dont on sent au toucher, le mouvement sous la peau.Faire rouler ses muscles, ses épaules (→ supra, Rouler les, des épaules…).
4 S'incliner alternativement d'un bord et de l'autre, en parlant d'un navire. Roulis. || Bateau qui tangue et roule ( Bourlinguer, I., 1.). || Le navire (cit. 7) roulait sous un ciel sans nuage. || Un vaisseau qui roule bord sur bord (→ Plonger, cit. 1). Par anal. Se balancer, en parlant d'une voiture (→ Bringuebaler, cit. 2).
5 Vx. Décrire une courbe fermée. || Les astres qui roulent dans le ciel. || Ces planètes roulent autour d'une planète centrale. Graviter (cit. 1).
22 Va, dit-il, je te livre à ta propre misère (…)
Roule au gré du hasard dans les déserts du vide (…)
Lamartine, Premières méditations poétiques, VII.
23 L'Art, comme une étoile, voit la terre rouler sans s'en émouvoir, scintillant dans son azur; le Beau ne se détache pas du ciel.
Flaubert, Correspondance, 131, 30 août 1846.
6 Errer sans s'arrêter. || Rouler à travers le monde (→ 1. Mousse, cit. 5). → ci-dessus, I., 1., Rouler sa bosse; et II., 1., « pierre qui roule… ». || E. Poe roulait sans cesse de New York à Philadelphie (→ Erratique, cit.).Errer çà et là. || Des rues où roule une marmaille loqueteuse (cit. 2). Traîner.
24 Sa mère l'avait embarqué dès l'âge de dix ans en qualité de mousse pour les possessions hollandaises dans les grandes Indes, où il avait roulé pendant vingt années.
Balzac, Gobseck, Pl., t. II, p. 626.
25 Elle avait roulé de patrons en patrons, docile, travailleuse, quittant une ville pour l'autre, quand elle ne trouvait plus de travail.
Aragon, les Beaux Quartiers, I, XIII.
(1618). Péj. Mener une existence aventureuse, et, par ext., dévergondée.
7 Vx. Aller, marcher. || Du train où roule le monde. || « À voir comme tout roule (…) » (Molière, le Misanthrope, III, 4).(1640). Vx. Subvenir à ses dépenses. || Un expédient (2. Expédient, cit. 10) qui le fit rouler pendant quelques jours.
8 (1685). Circuler (en parlant de l'argent).
26 N'ai-je pas entendu dire ce soir à ce jeune écervelé que si l'argent était rond, c'était pour rouler ! S'il est rond pour les gens prodigues, il est plat pour les gens économes qui l'empilent.
Balzac, la Maison du Chat-qui-pelote, Pl., t. I, p. 48.
9 (1787). Se prolonger, en parlant d'un bruit sourd; faire entendre un bruit sourd et prolongé. || La détonation roulait (→ Hallali, cit. 1). || Ovation (cit. 1) qui roule en tonnerre. || Le tambour roule avec un faste oriental. Roulement (→ Fanfare, cit. 5). || « Comme un bruit de foule qui tonne et qui roule » (Hugo).
27 — C'est commencé ! jeta la voix longue et déchirée de l'avertisseur. C'est commencé ! c'est commencé ! Le cri roula un instant.
Zola, Nana, V.
28 (…) le fracas des roues roule encore dans ma tête (…)
Colette, Paix chez les bêtes, p. 54.
10 (Av. 1678). Rare. Alterner dans un roulement (en parlant de personnes qui se relayent).
11 Fig. || Rouler sur. Vx. S'appuyer sur, avoir pour base. || Le grand principe sur lequel roule l'ambition est la présomption (cit. 5). Dépendre (de). || Calculs astronomiques (cit.) qui ne roulent que sur des à-peu-près. Reposer.
Mod. Avoir pour sujet (en parlant d'un discours, d'une conversation). || Conversations qui roulent sur les plats (→ Insipide, cit. 8). || La discussion roulait sur le paupérisme (cit. 1).
29 Le plus souvent, l'entretien roulait sur l'affaire. Villard venait deux fois par jour et donnait des nouvelles.
G. Duhamel, Salavin, V, XIX.
tableau Verbes exprimant une idée de mouvement.
——————
se rouler v. pron.
ÉTYM. (de rouler, I.).
1 (Réfl.). Se tourner de côté et d'autre dans la position allongée. || Se rouler à terre, par terre (→ Angoisse, cit. 3). Vautrer (se). || Se rouler dans l'herbe, sur l'herbe (→ Énergumène, cit. 1), sur le gazon (cit. 7). || Se rouler de douleur. || Il criait, se roulait dans les draps (→ Néphrétique, cit.). || Elle se roulait sur son lit et se mordait les poings (→ Gémir, cit. 3). — ☑ Fig. Se rouler de rire. Absolt. || Une scène drôle à se rouler par terre. Roulant.
30 On voyait Gwynplaine, on se tenait les côtes; il parlait, on se roulait à terre. Il était le pôle opposé du chagrin.
Hugo, l'Homme qui rit, II, II, I.
31 (…) elle le tenait (le perroquet) de toute sa force, des deux mains, et se jetant par terre, elle se roula dessus avec une frénésie de possédée, l'écrasa, en fit une loque de chair (…)
Maupassant, l'Inutile Beauté, « Le noyé », II.
2 S'envelopper (dans). Enrouler (s'). || Se rouler dans une couverture, un châle. || Se rouler dans ses habits pour dormir (→ Nonchalant, cit. 3).
3 Se mettre en boule, en rouleau. || Se rouler en boule sur soi-même (→ Blottir, cit. 1). Pelotonner (se). || Serpent qui se roule. Lover (se).
32 Le chien Dick (…) est incorrigible (…) Au lieu de se blottir dans sa niche pleine de bonne paille (…) au lieu même de se rouler en rond sur la pelouse, dont l'herbe est soigneusement rasée, l'honnête gardien creuse des trous dans cette pelouse et il se couche en rond dans ce trou inhospitalier.
G. Duhamel, Problèmes de civilisation, p. 37.
4 (Passif). Être roulé; pouvoir, devoir être roulé, enroulé. || Une tente, un tapis qui se roule.
——————
roulé, ée p. p. adj. et n.
ÉTYM. (de rouler, I.).
———
I Adj.
1 Enroulé; mis en rond, en boule, en rouleau. || Morceau de carton roulé (→ 2. Œillère, cit. 2). || Cheveux roulés en colimaçon (→ Coiffure, cit. 7). || Chapeau à bords roulés. || Col roulé. || Sa pèlerine de loden (cit.) roulée sur son baluchon.Crêpe roulée. || Viande roulée. Roulade. || Épaule roulée : épaule désossée et enroulée. || Anchois roulés aux câpres : filets d'anchois en conserves dont chacun est enroulé autour d'une câpre. Rollmops.Foulard roulé main, dont le roulotté est exécuté à la main.
33 Dinarzade engloutit, en se brûlant, une crêpe roulée.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. II, p. 51.
34 Une ceinture rouge, roulée autour de son ventre maigre, retenait sa culotte au-dessus de ses hanches.
Maupassant, l'Inutile Beauté, « Le champ d'oliviers », II.
Géol. (De rouler, I., 1.). Se dit de cailloux, de galets, etc., arrondis par l'action de la mer ou d'un cours d'eau. || Cailloux roulés.
34.1 Tous ces fragments (osseux), quoique roulés, ont conservé encore assez d'anfractuosités ou de creux pour retenir des parties sableuses et caillouteuses, parfois d'une épaisseur considérable, et auxquelles ils sont, pour ainsi dire, incorporés.
L. Figuier, l'Année sc. et industr. 1864, p. 269 (1863).
2 (XXe). || R roulé, prononcé avec la langue (opposé à vélaire, parisien). Apical.
3 (1869). Fam. || Bien roulée : bien faite, qui a de jolies formes, en parlant d'une femme. || Une fille bien roulée. || Elle n'est pas mal roulée.
35 — Elle est devenue belle femme, tu sais, bien roulée, bien parfumée, et tout.
R. Queneau, Loin de Rueil, II, VIII.
(1877). || Animal bien roulé : animal dont les formes sont « d'une bonne rondeur » et propres à la boucherie.
4 Sports. (Lutte). || Coup roulé.N. m. || Un roulé.
35.1 On appelle coups roulés ceux dans lesquels l'un des antagonistes passe si rapidement d'une épaule à l'autre que l'on ne saurait établir si les deux omoplates ont frappé le sol en même temps.
L. Cladel, Ompdrailles le Tombeau des lutteurs, in G. Petiot.
Clé au bras (pour immobiliser, maîtriser).
35.2 Deux gardiens me font un roulé du bras droit, deux autres du gauche.
Henri Charrière, Papillon, p. 37.
———
II N.
1 N. m. Gâteau dont la pâte est enroulée sur elle-même. || Roulé à la confiture.
2 N. f. a (1871). Fait de se rouler par terre.
b (1834). Fam. Volée de coups. Raclée, rossée.Recevoir une bonne roulée. || Flanquer une roulée à sa femme (→ Polonais, cit. 1).
36 — Ah ! jeune homme ! cette femme-là, ça sera ta mort. — Elle ne sait pas encore la roulée qu'elle va recevoir ! (…)
Nerval, Nuits d'octobre, X.
c Fam., vx. Cigarette roulée à la main (opposé à cousue). Coudre, p. p., 2.
CONTR. Déployer, dérouler, étaler (et les p. p. adj.).
DÉR. Roulable, roulade, roulage, roulaison, roulant, rouleau, roulée, roulement, roulet, rouletabosse, rouleur, roulier, roulis, rouloir, roulotte, roulotter, roulure.
COMP. Roulé-boulé.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • rouler — Rouler. v. a. Faire avancer une chose d un lieu à un autre, en la faisant tourner. Rouler une boule. rouler des pierres du haut d une montagne. rouler un tonneau. On dit, Se rouler sur l herbe, se rouler sur un lit, pour dire, Se tourner de costé …   Dictionnaire de l'Académie française

  • rouler — Rouler, Voluere, Peruoluere, Rotare. Rouler devant soy, Prouoluere. Rouler derechef, Reuoluere. Rouler de quelque lieu, Euoluere. Rouler vers quelque lieu, Aduoluere. Rouler du haut en bas, Deuoluere. Rouler sus, Inuoluere, Superuoluere. Toute… …   Thresor de la langue françoyse

  • rouler — obs. or dial. var. roller n …   Useful english dictionary

  • rouler — (rou lé) v. a. 1°   Faire avancer une chose en la faisant tourner sur elle même. Rouler des pierres du haut d une montagne. Rouler une boule. •   N examinons donc plus la justice des causes, Et cédons au torrent qui roule toutes choses, CORN.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • rouler — vt. , faire rouler, remuer, bouger, déplacer, (des sacs, des tonneaux, par terre) ; faire descendre dans une pente ; descendre (du bois dans un dévaloir) ; glisser, couler : (A)RBATÂ vt. (Albanais.001, Annecy.003, Balme Si., Bellecombe Bauges.153 …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • ROULER — v. tr. Faire avancer une chose en la faisant tourner sur elle même. Rouler une boule. Rouler des pierres du haut d’une montagne. Rouler un tonneau. Une rivière qui roule ses eaux. Un torrent qui roule des cailloux. Se rouler sur l’herbe, se… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • ROULER — v. a. Faire avancer une chose d un lieu à un autre en même temps qu elle tourne sur elle même. Rouler une boule. Rouler des pierres du haut d une montagne. Rouler un tonneau. Une rivière qui roule ses eaux. Un torrent qui roule des cailloux.  … …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • rouler — v.t., v.i. ou se rouler v.pr. Tromper, duper : Rouler un client. / Rouler sur l or, être riche. / Rouler les mécaniques, balancer les épaules. / Rouler en danseuse, pédaler en dansant sur la selle. Rouler la caisse, entraîner le peloton à vive… …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • Roulèr — Rouleur Le rouleur ou roulèr (en créole) est un gros tambour cylindrique utilisé dans les Mascareignes. Sommaire 1 Facture 2 Jeu 3 Cyclisme 4 Chant de révolte …   Wikipédia en Français

  • rouler — ● ►qc vt. ►EXEC Chez les québécois, rouler un programme signifie généralement exécuter un programme (sous l influence anglo saxonne de to run ). Roulez Linux! …   Dictionnaire d'informatique francophone


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.